.
-

L'Hispanie

Hispanie, Hispania. - Nom donné dans l'Antiquité et jusqu'à la conquête arabe à la contrée de l'Europe, bornée au Nord par les Pyrénées, de tous les autres côtés par la mer, et qui correspond aujourd'hui à l'Espagne et au Portugal. Elle était arrosée  par 6 grands fleuves dont le vers suivant offre les noms :
Sunt Minius (Minho), Durius (Douro), Tagus (Tage), Anas (Guadiana), Baetis (Guadalquivir), Iberus (Ebre).
Quand elle fut devenue possession romaine, l'Hispanie fut divisée par Auguste en trois provinces (Tarraconaise, Lusitanie, Bétique), puis, par Hadrien, en cinq (Tarraconaise, Galloecie (Galice), Carthaginoise, Lusitanie , Bétique). Au IVe siècle, l'Hispanie forma  un des trois diocèses de la préfecture des Gaules et eut  sept provinces (les cinq précédentes, plus les îles Baléares et la Maurétanie Tingitane). Sous les Goths la  division de l'Hispanie en cinq provinces fut conservée, mais on les dénomma, d'après leurs chefs-lieux : Tarraco, Braccara-Augusta, Carthago Nova, Emerila, Hispalis. 

Les principaux peuples de l'Hispanie étaient : 

1° entre les Pyrénées et l'Ebre, les Ilergètes,  les Laletani, les Ceretani, les Vascones; 

2° entre l'Ebre et la Bétique, les Ilercaeones sur les deux rives de l'Èbre, les Edetani, les Lobetani, les Contestani; 

3° au Nord-Ouest, les Astures, les Cantabri, les Artabri,  les Callaïci; 

4° dans les bassins du Douro et du Tage,  les Vaccaei, les Carpetani, les Vettones, les Lusitani;

5° du Tage à la Bétique, les Oretani, les Celtiberi, les Celtici, les Cunici; 

6° en Bétique, les Turduli, les Turdetani, les Bastitani, les Bastulcae.

L'Hispanie fut habitée dès la plus haute antiquité par des peuples de populations ibériennes (Ibères). Lors de l'invasion kymrique dans la Gaule, un grand nombre de Celtes passèrent les Pyrénées, et, se confondant avec les Ibères de l'Hispanie septentrionale, formèrent la population mêlée dite des Celtibères. De bonne heure les Phocéens, les Rhodiens, les Massaliotes, les Zacynthiens, les Phéniciens, couvrirent de colonies les côtes orientales de l'Hispanie. Les riches mines d'or qu'elle possédait fixèrent l'attention des Carthaginois, qui s'emparèrent du littoral de la Bétique avant 266, et qui, de 236 à 219, sous Hamilcar, Hasdrubal et Hannibal, poussèrent très loin leurs conquêtes à l'intérieur. 

De 216 à 206, Rome chassa les Carthaginois et se substitua à leur domination; une deuxième guerre, de 197 à 178, lui soumit le territoire oriental entre l'Ebre et les Pyrénées, comprenant les Carpetani, les Celtiberi, les Turdetani, les Vaccaei; dans une troisième série de guerres, dites guerres de Viriathe (153-139) et de Numance (143-133), elle subjugua les Lusitani, les Callaïci, les Arevaci, et consolida son empire sur les Vaccéens et les Celtibères. Métellus le Baléarique dépeupla les Baléares en 123. Enfin Auguste assujettit les Astures et les Cantabres (25-20). Dans l'intervalle, de 85 à 71 av. J.-C., l'Hispanie avait servi de refuge à Sertorius, partisan de Marius, proscrit par Sylla après la mort de son rival; de 49 à 45, elle avait lutté en faveur des partisans de Pompée contre César, qui n'acheva de ruiner leur parti qu'à la bataille de Munda. Sous l'empire, l'Hispanie fut très florissante: elle donna à Rome des écrivains distingués : Sénèque, Lucain, Martial, et un empereur, Trajan. De 408 à 411 les Suèves, les Alains et les Vandales, les Wisigoths, vinrent s'y établir. Ces derniers restèrent bientôt maîtres de toute la péninsule. 
.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.