.
-

La Celtibérie

Les écrivains de l'Antiquité donnent  le nom de Celtibérie à une partie importante de l'Espagne centrale, habitée par des tribus où les éléments celtiques et ibériens s'étaient fondus.

Il est difficile de préciser les limites du pays que les Romains appelaient ainsi avant la conquête de la péninsule, et ce nom ne fut pas maintenu dans la nomenclature administrative; même chez les auteurs, il ne demeura que comme une dénomination générale et un peu vague. Pour Tite-Live (28, 1), la Celtibérie est sur la ligne de partage entre les versants de l'Océan Atlantique et de la Méditerranée, au Nord, c.-à-d. dans les régions Cuenca, Soria, Burgos, le sud-ouest de l'Aragon. Strabon l'étend depuis la limite méridionale du bassin de l'Ebre jusqu'aux sources du Douro, du Tage, du Guadiana; Polybe prolongeait leur territoire au Sud jusqu'aux sources du Bétis (Guadalquivir), et à l'Est jusqu'aux collines voisines de Sagonte. Enfin, plus d'un auteur paraît s'être servi du mot Celtibérie pour désigner toute l'Espagne Citérieure. 

Parmi les tribus celtibériennes, nous en connaissons trois par le texte de Polybe, les Arevacae, les Titti et les Belli; Strabon nous dit que, selon certains témoignages, on en comptait quatre, et selon d'autres cinq, et il nomme les Arevacae et les Lusones; Pline, dans un passage assez obscur, nomme les Arevacae et les Pelendones. Les villes principales de la Celtibérie étaient la fameuse Numantia et Bilbilis

Les Celtibères occupant le centre même de la péninsule, ou noeud des vallées du Douro, du Tage et du Guadiana, eurent un rôle important dans l'histoire de l'Espagne antique. Ils résistèrent longtemps aux Carthaginois; plus tard, soutenant ceux-ci contre les Romains, ils provoquèrent la perte des deux Scipions. On sait l'héroïque défense de Numance, la part qu'ils prirent à la révolte de Sertorius; ce ne fut qu'après la mort de ce dernier qu'ils purent être soumis.

Leur puissance, dit-on, avait été jadis très grande et ils avaient eu jusqu'à trois cents villes. Leur civilisation était relativement avancée, comme en témoignent surtout les monnaies de leurs villes. Leurs moeurs étaient fort originales, et les auteurs anciens, notamment Polybe, Strabon, Diodore de Sicile et Martial nous en donnent maint détail curieux. (E. Cat.).

.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.