.
-

Gros

Gros (Antoine Jean, baron). - Peintre d'histoire, né à Paris en 1771, mort en 1835, eut pour premier maître son père, peintre en miniature, puis reçut les leçons de David. Atteint par la réquisition, il fit partie de l'armée d'Italie, fut attaché à l'état-major et put, en suivant les opérations militaires acquérir un talent particulier pour peindre les batailles. Après avoir exécuté sur les lieux mêmes son tableau de Bonaparte au pont d'Arcole, il revint à Paris, remporta en 1802 le prix de peinture dont le sujet était la Bataille de Nazareth, puis fit paraître, sous le Consulat et l'Empire, une suite de tableaux admirables qui pour la plupart célébraient les gloires de l'époque : les Pestiférés de Jaffa, la Bataille d'Aboukir, Bonaparte aux Pyramides, le Champ de bataille d'Eylau, l'Entrevue de Napoléon et de l'empereur d'Autriche en Moravie

Antoine Gros Il fut élu membre de l'Institut en 1815 et nommé en 1816 professeur à l'École des beaux-arts. Sous la Restauration, Gros fut surtout occupé à peindre la coupole de Sainte-Geneviève (le Panthéon); il y représenta de la manière la plus heureuse quatre sujets tirés des grandes époques de l'histoire de France. Ce grand ouvrage, qui avait demandé dix ans, fut achevé en 1824, et valut à l'auteur, avec des applaudissements universels, le titre de baron et un don de 100 000F. 

A partir de cette époque Gros ne fit plus rien de remarquable; le regret de se survivre et de se voir attaqué et méconnu le porta à se donner la mort; on trouva son corps dans un étang près de Meudon. Outre les oeuvres déjà mentionnées, on doit citer encore de Gros : Sapho à Leucade, Charles-Quint visitant avec Francois I les tombeaux de Saint-Denis, le Départ de Louis XIII au 20 mars, Charles X au camp de Reims, Ariane à Naxos, David jouant de la harpe devant Saül, Vénus sortant de l'onde. Gros est le plus grand peintre d'histoire de son école et le seul véritable peintre de batailles de son époque. Sa composition est puissante et grandiose, son dessin hardi, plein de verve et de vérité, son expression parfaite, son coloris chaud et transparent.

Gros (Étienne). - Philologue, né à Carcassonne en 1797, mort en 1856, fut successivement professeur dans divers collèges de l'Université, inspecteur de l'Académie de Paris et proviseur du Lycée Bonaparte. Il a publié des traductions de la Rhétorique d'Aristote (1822) et de l'Examen critique des plus célèbres écrivains de la Grèce de Denys d'Halicarnasse, 1826, 3 vol. in-8. Il avait entrepris une édition critique, avec traduction française, de l'Histoire romaine de Dion Cassius (4 vol. seulement ont paru de son vivant, 1845-1855; l'ouvrage a été terminé par V. Boissée, 1861 et ann. suiv.). On lui doit l'édition princeps de la Rhétorique de Philodème (1841, in-8).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.