.
-

Abydos

Abydos (Aujourd'hui Madfouneh) est une localité du VIIIe nome de la haute Égypte, le nome Thinite, entre Ptolemaïs et Diospolis parva, un peu à l'ouest du Nil, à la limite du désert. La tradition plaçait à Abydos le tombeau d'Osiris.  Abydos était la nécropole de This (ou Thinis). Ville que l'on a longtemps cru avoir été, avant l'Ancien Empire, la capitale réelle de l'Égypte, sur la foi de découvertes faites à Abydos de tombeaux associés à des pharaons de cette époque. On parle toujours de période thinite pour désigner l'époque des trois premières dynasties. Il apparaît cependant, aujourd'hui, que la capitale dès cette époque devait déjà être située à  Memphis. Des sépultures des mêmes pharaons ont été mises au jour à Saqqarah, et celle qu'on leur attribuait à Abydos pourraient n'avoir été que des cénotaphes, ou n'avoir contenu que des reliques

Si séparer le religieux du politique a un sens quand on parle de l'ancienne égypte, on pourrait dire que Memphis était la capitale politique, et que This était une sorte de capitale religieuse, avec son sanctuaire d'Abydos. Il se peut, en effet, que la présence du tombeau supposé d'Osiris (le dieu des morts dans la religion égyptienne) inspira aux gens pieux le désir d'être enterrés (de faire inhumer une partie de son corps) à côté de lui. S'expliquerait alors ainsi que, peu à peu, ait grandi l'importance d'Abydos. Toujours est-il qu'une ville se forma où s'élevèrent des monuments importants. Les plus anciens sont entièrement détruits; on en discerne vaguement la place, mais les matériaux mêmes ont été emportés. Au temps de Strabon, Abydos complètement ruinée n'était déjà plus qu'une misérable bourgade. Les ruines actuelles d'Abydos comprennent : 

1° le temple de Séti Ier (illustration ci-dessous);

2° le temple très ruiné de Ramsès II

3° le temple d'Osiris

4° les buttes qui s'élèvent sur l'emplacement de la ville antique, laquelle paraît avoir eu peu d'étendue. 

Mariette a publié en trois volumes les inscriptions du temple de Séti Ier, déblayé par ses soins (Description des fouilles d'Abydos; Paris, 1869-80). Bankes y avait trouvé dès 1818, des pierres recouvertes d'importante inscriptions hiéroglyphiques, appelées Tables d'Abydos.
.
Façade du temple de Séti Ier, à Abydos.


Abydos. - Ville de l'ancienne Asie Mineure, en Mysie, qui s'élevait un peu au Sud-Est de Sestos, sur la rive méridionale de l'Hellespont, dans un des endroits les plus resserrés du détroit qu'Hérodote évaluait à environ sept stades et que nos géographes d'aujourd'hui représentent comme n'ayant que 2000 mètres. Cette ville, aujourd'hui en ruine, fut, au dire des anciens, fondée par les Troyens, puis conquise par les Thraces et par les Milésiens.

 Elle est citée par un grand nombre d'auteurs de l'Antiquité , entre autres par Homère, Thucydide, Hérodote, Xénophon, Diodore, Strabon, Tite-Live, Méla, Ptolémée. Elle est célèbre dans l'histoire par l'héroïque défense de ses habitants, qui, assiégés par Philippe II, aimèrent mieux s'ensevelir sous les ruines de leur ville que de se rendre à discrétion. C'est là que Xerxès Ier, roi des Perses, jeta le fameux pont de bateaux à l'aide duquel il put, en l'an 480 avant l'ère chrétienne, faire passer l'Hellespont à son armée; c'est aussi dans le port d'Abydos qu'Alexandre débarqua lorsqu'il se rendit en Asie pour y venger l'invasion des Perses.

Mais ces événements historiques ont moins illustré Abydos que les amours légendaires de Léandre et d'Héro, dont elle fut le théâtre. Léandre, toutes les nuits, traversait le détroit à la nage pour rendre visite à sa maîtresse; comme il accomplissait l'un de ces voyages, il fut assailli par une tempête, et périt sous les yeux d'Héro. Ce passage à la nage qui paraissait merveilleux aux anciens a été exécuté par Byron, et le poète, en mémoire de Léandre et d'Héro, a chanté leurs amours en un petit poème bien connu : la Fiancée d'Abydos. Les Abydeniens passaient: pour être mous et efféminés, et leur mollesse avait donné lieu à ce proverbe : N'abordez pas sans précaution à Abydos. Le village turc qui s'élève sur les ruines de l'antique cité s'appelle Bovali-Kalehsi.

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.