.
-

La légende du Graal

Le Livre du Saint Graal et de la Table ronde est un poème en trois parties composé au XIIe siècle et qui comprend : le roman du saint Graal, proprement dit, le roman de Merlin, et le roman de Lancelot : ce dernier subdivisé en cinq parties : Gallehot, la Charette, Agravain, la Quête du Graal et la Mort d'Arthur. Les romans du Saint Graal et de Merlin ont été rédigés par Robert de Boron, chevalier attaché au service du comte de Montbéliard, et Gasse le Blond, parent du roi Henri II-Plantagenêt; un chapelain de ce monarque est auteur de tout le roman de Lancelot

Miniature de l'Histoire du Graal (XIVe s.).

Cette trilogie s'ouvre par un prologue destiné à apprendre au lecteur comment cette histoire est parvenue à la connaissance des hommes. En l'an 177 de l'ère chrétienne, dans un lieu écarté et sauvage de la Bretagne, l'ermite Nascien a une vision : un personnage d'une beauté surhumaine et entouré d'une éblouissante clarté, Jésus lui-même, lui apporte un petit livre où est contenu ce qui va suivre, et dont il prend copie. Le romancier n'a pas craint de donner ainsi à son oeuvre le caractère d'une révélation. Puis commence la première partie de cette oeuvre, la seule dont nous nous occupons ici, le Roman du Saint Graal. Joseph d'Arimathie, s'étant assuré la possession du vase dont Jésus avait fait usage en célébrant la Pâque avec ses apôtres chez Simon, obtient de Ponce Pilate le corps du Sauveur crucifié, recueille les gouttes de sang qui coulent encore des plaies divines, et met le cadavre au tombeau. Les Juifs irrités s'emparent de lui, et l'emmènent dans un château du grand prêtre Caïphe : là, il reçoit, de Jésus qui lui apparaît, le Graal caché dans un coin de sa maison. Après 40 années de captivité qui se sont écoulées sans qu'il en sentit le poids, il est délivré lors de la prise de Jérusalem par Titus. Emmenant ses parents chrétiens et quelques autres fidèles, il se dirige vers l'Euphrate, et arrive dans la capitale d'un Empire appelé Sarras, berceau des peuples sarrasins, où son fils Josèphe est ordonné prêtre et évêque par un ange

Le romancier nous raconte ensuite la propagation de l'Évangile chez les Arabes; le roi de ce peuple résiste longtemps; mais quand il a reçu, avec le baptême, le nom de Mordrain, il fait construire pour le Graal un palais splendide, qui est appelé le Palais spirituel. Toutefois, la vase sacré ne doit pas demeurer en Asie; Josèphe reçoit l'ordre de l'emporter en Occident. Arrivé au bord de la mer, il ôte sa chemise, l'étend sur l'eau, et ce radeau merveilleux l'emporte avec ses compagnons jusqu'en Grande-Bretagne. La conversion de ce pays s'accomplit rapidement, mais non pas sans danger, et il faut que Mordrain vienne de l'Orient avec une armée au secours de Josèphe. 

La fin du roman montre comment le Graal s'est transmis de génération en génération. L'évêque Josèphe le confie à un cousin germain, Alain, l'un des 12 fils de Bron, qui était beau-frère de Joseph d'Arimathie. Alain transporte le précieux vase dans le royaume de la Terre foraine, dont les habitants se convertissent; il le lègue en mourant à Josué, l'un de ses frères, dont les successeurs font construire, pour le conserver, le château de Corbenic. A l'extinction de la postérité d'Alain, le Graal passe aux descendants de Nascien, beau-frère de Mordrain, qui émigrent dans la Bretagne armoricaine, et desquels est issu Lancelot. Quant à Mordrain, il vit pendant 300 ans, comme un témoin irrécusable de tant de merveilles.

Dans le Roman du Saint Graal, l'élément chevaleresque occupe peu de place; il n'y a presque pas de combats, de prouesses, de grands coups d'épée : ce qui y domine, ce sont les miracles, les songes prophétiques, les conversions, les châtiments des chrétiens indignes ou des païens endurcis. (B.).



En bibliothèque - Ce roman a été publié d'après un manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris par Francisque Michel, 1841, in-12.

En librairie - Robert de Boron, Le Roman de l'Estoire dou Graal (prés. William Nitze), Honoré Champion, 1999. - Philippe Walter, Daniel Poiron (prés.) Le Livre du Graal, Gallimard (La Pléiade), 2001. 2 vol. : I - Merlin, les premiers faits du roi Arthur, II - Lancelot. - Chez Paléo, l'Intégrale du Cycle du Graal, 2003, 4 volumes. - Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, Gallimard, 2003. 

Le thème du Graal a suscité une richer production. Voici une brève sélection d'ouvrages récents : Robert Baudry, Graal et littératures ou les échos de la légende dans la littérature européenne des XIXe et XXe s., Terre de brume, 2001. - Annie Combes et Annie Bertin, Ecritures du Graal, PUF, 2001. - Emmanuelle Baumgartner, Chrétien de Troyens, la quête du Graal, PUF, 1999. De la même, De l'Histoire de Troie au Livre du Graal (le temps, le récit aux XII et XIIIe s.), Paradigme Publications universitaires, 1994.  - Jean Markale, Le cycle du Graal (coffret, 4 vol.), La naissance du roi Arthur, les chevaliers de la table Ronde, Lancelot du lac, la Fée Morgane), J'ai lu, 2000. - Du même, Petite encyclopédie du Graal, Pygmalion, 2001. - B.N. Sargent-Baur, La Destre et la senestre (étude sur le conte du Graal de Chrestien de Troyes), Rodopi, 2000. - Pierre Lassalle, Le Graal et l'éternel féminin, Mortagne, 2000. - Du même, Le sentier du Graal ou le retour de Perceval, Mortagne, 1999. - Francis Dubost, Le conte du Graal ou l'art de faire signe, Honoré Champion, 1998. - Irène Freire-Nunes, Le Graal ibérique et ses rapports avec la littérature française, Presses universitaires du Septentrion, 1996. - Armand Strubel, La Rose, Renart et le Graal, la littérature allégorique en France au XIIIe siècle, Honoré Champion, 1989.

Laurence Gardner, Le royaume du seigneur de l'anneau, mythes et magie de la quête du Graal, Dervy, 2003.

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2006. - Reproduction interdite.