.
-

Montbéliard

Montbéliard est une commune de France, dans le département du Doubs, sur la rive droite de l'Allaine au confluent de la Luzine; population : 27.600 habitants. Ancienne place de guerre qui défendait l'un des débouchés de la trouée de Belfort, protégée par son ancien château, les forts du Mont de Chaux et du Mont-Bart et plusieurs batteries. L'ancien château comtal domine toute la ville et se compose de constructions pour la plupart du XVIIIe siècle; cependant la tour Bossue est de 1425, la tour Neuve de 1594, et quelques parties des courtines remontent aussi aux XVe et XVIe siècles. Eglise moderne de Saint-Maimboeuf. L'église Saint-Martin, du commencement du XVIIIe siècle, a été convertie en temple protestant. Halles à portiques du XVIe siècle, au premier étage desquelles ont été installés le musée et la bibliothèque. Maisons de la Renaissance. Hôtel de ville de la fin du XVIIIe siècle. Statue de Cuvier par David d'Angers.
-
Montbéliard : le château.
Le château de Montbéliard.

Montbéliard (Mons Peligardi), d'origine ancienne, fut attribué, lors du démembrement de l'empire de Charlemagne, an royaume de Lothaire; il devint à l'époque de l'organisation de la féodalité le chef-lieu d'un comté compris entre le comte de Bourgogne et l'évêché de Bâle. Il fit alors partie du royaume de Bourgogne et releva avec lui de l'empire d'Allemagne. Voici la liste de ses comtes particuliers que l'on ne connaît que depuis le XIe siècle. Louis, comte de Mouson et de Bar (1034); Thierry Ier, fils du précédent (après 1065) ; Thierry II, second fils du précédent (ca. 1104); Amédée de Montfaucon, fils d'Agnès, fille aînée du précédent et de Richard de Monfaucon (après 1162); Richard, fils aîné du précédent (après 1183); Thierry III (le grand baron), fils du précédent (après 1237); Renaud de Chalon, comte de Bourgogne, et sa femme Guillemette, arrière-petite-fille de Thierry III (1282); Otton, fils du précédent (1321); Henri de Montfaucon et sa femme Agnès, soeur ainée d'Otton (1332); Etienne, fils du précédent (1366); Henriette, petite-fille du précédent, épousa Eberhard, comte de Wurtemberg, et par elle le comté de Montbéliard échut en 1397 à la maison de Wurtemberg qui le posséda jusqu'en 1790.

En 1473, Charles le Téméraire tenta de réunir le comté de Montbéliard à ses Etats, mais subit une sanglante défaite entre Montbéliard et Héricourt. Dès 1525, Faret prêcha la Réforme à Montbéliard; elle y fut favorisée par les princes de Wurtemberg et, grâce à eux, le comté devint le refuge des protestants des pays voisins. A la fin du XVIe siècle, il y vit une colonie d'anabaptistes, dont les descendants, agriculteurs pour la plupart, ont formé longtemps un groupe de population tout à fait distinct. En 1587 et en 1588, le duc de Guise attaqua sans succès la ville et dut se retirer. Le maréchal de Luxembourg s'en empara en 1676 et en fit raser la citadelle et les fortifications, mais les troupes françaises durent l'évacuer à la paix de Ryswick. En 1793, les Français occupèrent pacifiquement le pays, les habitants arborèrent eux-mêmes le drapeau tricolore et l'annexion fut prononcée par un décret de la Convention du 10 octobre. En 1814, les Autrichiens occupèrent quelque temps Montbéliard. Le 15 janvier 1871, les troupes allemandes qui occupaient la ville en furent délogées et ce fut le commencement de la bataille d'Héricourt à la suite de laquelle l'armée allemande reprit l'offensive.

Montbéliard a vu naître les deux Cuvier, le naturaliste Duvernoy, les frères Haag, historiens de la Réforme, et Dorian, l'un des membres du gouvernement de la Défense nationale. (GE).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.