.
-

L'Âne d'or, d'Apulée

L'Âne d'or (ou les Métamorphoses) est un ouvrage composé en latin par Apulée, au IIe siècle ap. J.-C., et divisé en 11 livres. Ce sont les aventures d'un jeune homme appelé Lucius, qui en fait lui-même le récit. Lucius va en Thessalie pour affaires. Logeant chez un vieillard dont la femme était magicienne, il veut devenir oiseau, et gagne la servante, qui met à sa disposition les drogues de sa maîtresse : mais il se trompe de boîte; au lieu de se changer en oiseau, il devient âne; il ne pourra perdre cette forme qu'en mangeant des roses. II passe par une série d'aventures avant de trouver cette occasion de reprendre sa forme d'homme, en mangeant la couronne de roses d'un prêtre d'Isis, et se consacre au culte d'Isis et d'Osiris.

Le même sujet est traité, mais avec moins d'étendue, dans la Luciade, ouvrage attribué à Lucien. Plusieurs commentateurs voient dans l'ouvrage d'Apulée un emblème de la vie humaine. 

"L'homme, disent-ils, devient une brute, un âne, quand il s'abreuve du poison des voluptés; il reprend sa forme d'homme, dès qu'il s'approche des roses de la science."
Cette interprétation donne trop d'importance aux métamorphoses. Ce n'est pas une oeuvre originale, mais une traduction, une imitation de Lucius de Patras. Il n'y faut chercher aucune idée morale; c'était une distraction, une lecture agréable pour les contemporains corrompus d'Apulée. On dit que l'épithète d'or fut donnée, hyperboliquement, à cette espèce de roman, à cause de l'estime dont il jouissait. Il a pour nous un intérêt indépendant de son plus ou moins de valeur littéraire. 
"On y trouve, dit P.-L. Courier, des notions sur la vie privée des anciens, que chercheraient vainement ailleurs ceux qui se plaisent à cette étude. Là se voit une vive image du monde, tel qu'il était alors; l'audace des brigands, la fourberie des prêtres d'Isis, l'insolence des soldats sous un gouvernement violent et despotique, la cruauté des maîtres, la misère des esclaves; tout est vrai dans ces fictions si frivoles en apparence; et ces récits de faits, non seulement faux, mais impossibles, nous représentent les temps et les hommes mieux que nulle chronique, à mon sens."
Le style d'Apulée est partout prétentieux et pédantesque; il recherche les archaïsmes, les termes de jurisprudence, les alliances de mots insolites; il s'étudie partout à se mettre en relief, et particulièrement à faire admirer son talent descriptif. (H. D.).


En bibliothèque - L'Âne d'or a été traduit par Maury, Paris, 1812, 2 vol. in-8°; et par Bétolaud, dans la Bibliothèque latine-française de Panckoucke, Paris, 1835-38, 2 vol. in-8°.

En librairie - Apulée, Métamorphoses, Les Belles Lettres (série latine), 3 vol. (1973, 1976, 1985); L'Âne d'or ou les Métamorphoses (préf. Jean-Louis Bory), Gallimard (Folio), 1975.

Marie-Louise von Franz, L'Âne d'or, interprétation du conte d'Apulée, La Fontaine de Pierre, 1995 (une lecture jungienne...); N. Fick-Michel, Art et mystique dans les métamorphoses d'Apulée, Presses universitaires de Franche-Comté, 1991.

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.