.
-

Hôtel de Rambouillet, à Paris (Ier arrondissement). - Cet hôtel, qui était situé à Paris rue Saint-Thomas-du-Louvre, avait été construit sur les plans, tout à fait nouveaux, de la marquise de Rambouillet. (La rue et l'hôtel ont disparu, lors de l'agrandissement du Louvre au XIXe siècle). Il attenait, d'un côté, aux Quinze-Vingts et, de l'autre, à l'hôtel de Chevreuse. Jusqu'alors, à en croire Tallemant des Réaux,
"on ne savait que faire une salle à un côté, une chambre à l'autre, et un escalier au milieu".
Mme de Rambouillet fit placer les escaliers dans un des angles du corps principal, eut ainsi une longue suite de pièces, avec portes et fenêtres hautes et larges, et fit peindre les chambres de couleurs nouvelles; car on n'employait avant elle que le rouge ou le tanné. La plus célèbre de ces pièces, dont longuement parlèrent Tallemant, Segrais, Voiture, est la fameuse chambre bleue tendue de velours rehaussé d'or et d'argent. C'est dans ce séjour merveilleux que la marquise de Rambouillet gouverna précieux et précieuses, cherchant à généraliser le bon ton et le bon goût, continuant la réforme de Malherbe sur la langue française, et formant comme un foyer de politesse et de cette urbanité dont le nom même n'existait pas avant elle dans la langue française.
-
Hôtel de Rambouillet.
L'Hôtel de Rambouillet, en 1643.

Autour de la marquise se pressaient Racan; Cospeau, l'éloquent prédicateur, et Richelieu, son élève; Gombauld, l'auteur d'Endymion; Chapelain; le cavalier Marin; le cardinal de La Valette; les marquis du Vigean et de Montausier; Godeau, le nain de Julie; Conrart, le maréchal de Souvré et sa fille, la marquise de Sablé; Voiture et Benserade, Ménage, Gomberville, Balzac durant ses voyages à Paris, et, à côté de Julie d'Angennes, la fille de la maison, l'on remarquait Anne Geneviève de Bourbon, plus tard duchesse de Longueville; Mme de Sévigné, Mme Aubry, Mme Saintot, Mlle Paulet, la lionne rousse, etc. Et c'étaient des collations et des bals, des billets galants, des rondeaux, des madrigaux, des énigmes, des acrostiches, des portraits et des nouvelles, et surtout des conversations où les esprits échangeaient des idées et des formes, prenaient le patronage et la direction de la littérature. Corneille y lisait Polyeucte, Bossuet débutait comme prédicateur; on tressait la Guirlande de Julie; on chantait l'incomparable Arthénice; on jouait la comédie et même la tragédie, par exemple, la Sophonisbe de Mairet.

Malheureusement, la préciosité, à force de les affiner, gâta les délicatesses du sentiment et de l'esprit. L'hôtel de Rambouillet eut des imitateurs maladroits et certaines imitatrices méritèrent l'épithète que Molière a accolée au nom des précieuses. Mais, durant un temps, l'hôtel de la marquise rendit, par ses réunions, d'immenses services, et le souvenir en est resté dans l'histoire de la littérature française comme l'un de ses jalons les plus notables. (NLI.).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.