.
-

Belley

Belley (Belica, Belisma, Belisama, Bellicensis villa, Bellicium, Bellayum)  est une ville de France, dans le département de l'Ain, dans la vallée du Furan. Population : 8000 habitants.

Histoire.
Belley est une ville fort ancienne, et, comme pour beaucoup de vieilles villes, son origine n'étant pas connue, les étymologistes se sont donné carrière. On a voulu qu'un chef gaulois, Bellienus, qu'un temple de Bellone, un de Belenus, que Bellovèse, qu'Annius Belenus lui aient laissé leur nom; d'autres affirment que les Sarrasins l'appelaient Belé, ce qui dans leur langue aurait voulu dire ancienne; d'autres attribuent aux fauves qui vivaient dans les environs, belluae, l'honneur de lui avoir laissé ce nom. Tout ce qu'il y a de certain, c'est qu'on a trouvé à Belley des monnaies gauloises et de la période gallo-romaine, des inscriptions et des ruines qui ne laissent aucun doute sur son antiquité. Certains auteurs affirment que César aimait à résider à Belley, qu'en 390 Alaric y passa et l'incendia tout entière; il est plus vrai de dire que l'histoire de Belley est à peine connue, et qu'on sait à peine à quelle époque remonte son évêché, bien que là encore quelques-uns affirment qu'en 412 il y fut transféré à Nyons.

Le premier évêque dont l'existence soit certaine est Vincent, qui en 553 assista au concile de Paris. Belley était chef-lieu d'un comté, mais on a autant d'incertitude sur les premiers seigneurs que sur les premiers évêques. Les comtes de Belley eurent probablement pour successeurs les comtes de Savoie, vers le milieu du XIe siècle. Dès cette époque la seigneurie de la ville appartenait aux évêques qui virent leurs prérogatives étendues et confirmées par Frédéric Barberousse, François Ier, Henri Il, Henri IV et Louis XIII. Les comtes de Savoie leur concédèrent aussi divers droits de juridiction. L'incertitude est la même pour les premières possessions de l'église; une notice de 1050 mentionne dans le diocèse de Lyon : Grolée, Briord et Izernore, d'après une bulle d'Innocent II elle avait les obédiences de Belley, de Valromey et de la Motte, et des revenus dans quelques églises des diocèses voisins.

L'église cathédrale de Belley, sous le vocable de Saint-Jean-Baptiste, est moderne, sauf une partie qui a été conservée, elle est bâtie sur l'emplacement de l'anciennee église consacrée en 722 et reconstruit à la fin du XIIe siècle; on y voit une statue de la Vierge due au ciseau de Chinard. L'église paroissiale, sous le vocable de Saint-Laurent, date du XVIIIe siècle. Il y avait autrefois à Belley des monastères de Franciscains, de Capucins, de Visitandines et d'Ursulines. Le palais de l'évêché date du XVIIIe siècle. Enfin le séminaire conserve un certain nombre d'inscriptions trouvées à Belley ou dans les environs. En 1385 Belley avait été détruit par un incendie, et lors de sa reconstruction, Amédée VII, duc de Savoie, le fit entourer de murailles dont il ne reste que fort peu de chose. (G.G.).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.