.
-

Innocent II

Innocent II, Grégoire de Papi, est le 169e, pape. Il a été élu le 15 février 1130, et est mort le 24 septembre 1143. Il était né à Rome, d'une noble famille de la région transtévérins (XIVe région de la ville). Dès son enfance il avait été ordonné diacre; il devint chanoine régulier de Latran, puis cardinal-diacre de Saint-Ange. 

Pendant la dernière maladie d'Honorius II, les cardinaux avaient décidé qu'aucune élection n'aurait lieu avant l'enterrement du pape : la nomination de son successeur serait faite par compromis, confiée à une commission de huit cardinaux, dont la décision devait être unanime. L'élection ainsi opérée serait acceptée par tous, sous peine d'excommunication. Honorius mourut dans le couvent de Saint-Grégoire, en la nuit du 13 au 14 février. Aussitôt les évêques, soutenus par le parti impérial, dont les Frangipani étaient les chefs, au lieu de laisser parfaire au Latran les funérailles accoutumées, s'empressèrent de jeter un peu de terre sur le corps du défunt, et, procédant à une élection à laquelle seize cardinaux seulement prirent part, ils nommèrent Grégoire de Papi (15 février 1130). Le parti contraire, composé principalement des prêtres et des diacres, considéra comme radicalement nul l'acte ainsi accompli par surprise et parjure. Après avoir notifié à tous le décès d'Honorius, il exigea une nouvelle élection, par laquelle Pierre de Léon (Pietro Pierleone ou Pierleoni, Petrus Petri Leonis) fut nommé, aux acclamations de la noblesse et du peuple. Il prit le nom d'Anaclet II. 

Son rival, chassé de Rome, s'enfuit à Pise, puis en France. Louis le Gros convoqua à Etampes une assemblée mixte de prélats et de seigneurs pour statuer sur la reconnaissance de son élection. L'assemblée convint de s'en remettre à saint Bernard, qui déclara Innocent pape légitime et Anaclet antipape. Cette décision fut solennellement confirmée, l'année suivante (octobre 1131), à Reims, dans un grand concile, auquel assistèrent 13 archevêques et 263 évêques. Anaclet y fut excommunié; il ne fut définitivement reconnu et soutenu que par les Romains, les Milanais, Guillaume d'Aquitaine et Roger de Sicile, à qui il donna le titre de roi. Les autres princes ou peuples catholiques se prononcèrent pour Innocent, dont la cause était défendue par saint Bernard et par Pierre de Cluny.

Pendant la tenue du concile de Reims, Innocent sacra le fils de Louis le Gros. En 1132, il quitta la France, après avoir imposé une collecte d'argent pour les frais de son voyage. En passant par Cluny, il confirma les privilèges de ce monastère mais en même temps il accorda à saint Bernard, pour toute la congrégation de Cîteaux, l'exemption des dîmes sur toutes les terres que les religieux faisaient valoir. En 1134, dans une entrevue qu'ils eurent à Liège, Innocent avait sollicité et obtenu l'assistance de Lothaire III, en lui assurant une large jouissance des conditions du concordat de Worms (Investiture). En 1133, ils passèrent ensemble en Italie et assiégèrent Rome; ils n'en purent prendre qu'une partie.

Innocent couronna Lothaire comme empereur, non à Saint-Pierre du Vatican, où Anaclet restait solidement établi, mais à Saint-Jean-de-Latran; il lui concéda, ainsi qu'à son gendre, la jouissance viagère des biens de la comtesse Mathilde. Après le départ de l'empereur, Innocent fut obligé de se retirer à Pise. Un concile y excommunia de nouveau Anaclet et ses adhérents. En 1134, saint Bernard réalisa la réconciliation des Milanais avec Innocent; en 1135, il détacha Guillaume d'Aquitaine du parti d'Anaclet. La guerre continua sans résultat décisif jusqu'à la mort d'Anaclet (25 janvier 1138). Ses partisans élurent, pour le remplacer, Grégoire, cardinal-prêtre, qui prit le nom de Victor II, mais se soumit le 29 mai. Innocent put alors rentrer dans Rome. 

L'année suivante (8 avril 1139), il réunit dans le palais de Latran un concile général, qui fut composé d'environ 1000 prélats. On y condamna les doctrines d'Arnaud de Brescia. Après le concile, Innocent marcha contre Roger; fait prisonnier, il accorda à son vainqueur la confirmation du titre de roi, qu'Anaclet lui avait conféré, et le royaume de Sicile; à un de ses fils la Pouille, à un autre la principauté de Capoue, à charge d'hommage-lige et de cens annuel. En 1141, il mit la France en interdit, parce que le roi avait refusé de reconnaître l'élection de Pierre de La Chastre, que le pape avait fait nommer archevêque de Bourges, pour succéder à Albéric, mort l'année précédente. Thibault de Champagne soutint l'élu du pape, mais il se fit battre par le roi, qui brûla Vitry (1142). Un peu avant la mort d'Innocent, les Romains lui refusèrent obéissance et constituèrent un sénat. Il est vraisemblable que le souvenir des vices de son élection et le ressentiment des violences employées pour le faire prévaloir les avaient disposés à la révolte et à l'adoption des doctrines d'Arnaud de Brescia.  Ajoutons que c'est ce pape qui condamna Abélard. (E.-H. V.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2016. - Reproduction interdite.