.
-

Vent stellaire

Le vent stellaire correspond √† des particules de mati√®re ordinaire expuls√©es dans l'espace par les √©toiles. Selon le r√©gime d'√©jection des particules, on distingue deux types de vents stellaires : 
‚ÄĘ Le vent stellaire stationnaire  est principalement observ√© dans les √©toiles de faible √† moyenne masse, telles que notre Soleil. Les particules du vent sont √©ject√©es de mani√®re continue √† partir de la couronne de l'√©toile, la couche externe de son atmosph√®re. Ces vents sont relativement faibles influen√ßant l'environnement stellaire imm√©diat.

 ‚ÄĘ Le vent stellaire radiatif est observ√© dans les √©toiles massives et chaudes. Il est beaucoup plus puissant et peut √©jecter des quantit√©s massives de mati√®re √† des vitesses √©lev√©es. Les processus responsables de ces vents sont li√©s aux conditions extr√™mes √† la surface des √©toiles massives, comme les forts gradients de temp√©rature et de pression, les puissantes forces magn√©tiques et les instabilit√©s hydrodynamiques. Les vents stellaires radiatifs peuvent avoir un impact significatif sur l'√©volution et la structure des √©toiles, ainsi que sur leur environnement galactique.

 Beaucoup de choses en fait s'extraient d'une √©toile, et pas seulement le rayonnement correspondant √† l'√©mission de photons  (La structure des √©toiles*). Les r√©action de fusion thermonucl√©aire sont √† l'origine de la cr√©ation de particules √©vanescentes, les neutrinos, qui interagissent tr√®s peu avec la mati√®re ordinaire et emportent avec eux, eux aussi, un peu de la substance et de l'√©nergie stellaires. Mais les √©toiles expulsent √©galement des particules plus banales, des √©lectrons, des protons et m√™me, √©ventuellement, des noyaux noyaux atomiques plus lourds (h√©lium, carbone, oxyg√®ne, etc.).

Ces particules ainsi expulsées à des vitesses parfois importantes, et dans des proportions qui varient avec épisodes d'agitation qui affectent la périphérie de l'étoile, forment donc ce que les astronomes appellent le vent stellaire.
 


IC 2220, une étoile de Wolf-Rayet.

M 57, une nébuleuse planétaire.

Les vents stellaires sont responsables d'une progressive perte de masse des √©toiles au cour de leur existence. Peu importante dans le cas d'√©toiles de la s√©quence principale (L'√Čvolution des √©toiles) de masse initialement mod√©r√©e, √† l'instar de notre Soleil, cet amaigrissement est beaucoup plus important dans le cas des √©toiles tr√®s massives et affecte fortement les termes de leur √©volution. De plus, il s'accentue quand les √©toiles (m√™me les moins massives) parviennent √† un stade plus tardif. Certaines √©toiles √©toiles dont la masse d√©passe la vingtaine de masses solaires peuvent ainsi se d√©pouiller rapidement de toute leur enveloppe d'hydrog√®ne et laisser le coeur √† nu. On a alors affaire √† des √©toiles de Wolf-Rayet, ordinairement entour√©es de la n√©buleuse form√©e √† partir du gaz qu'elle a expuls√©e.

Les autres étoiles, connaissent leur grande évasion de matière à la fin de la période de géante rouge. Quantité d'éléments chimiques synthétisés dans leurs régions profondes sont ainsi dispersés dans l'espace (Le Milieu interstellaire). Parfois des coquilles de molécules telles que l'eau ou de poussières se forment autour d'elles. Le vents stellaires sont également les responsables de l'accumulation de matière illuminée par effet de fluorescence au stade suivant et qui donne lieu à l'apparition d'une nébuleuse planétaire.

.


Les mots de la matière
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
[Aide][Recherche sur Internet]

¬© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.