.
-

 
Théâtre
Les intermèdes
A l'imitation des choeurs qui servaient d'entractes dans le théâtre grec, par exemple les choeurs d'Oedipe Roi de Sophocle et d'Iphigenie d'Euripide, les anciens théâtres français, italiens et espagnols, donnaient de petites pièces, soit entre les actes d'un même ouvrage, soit entre deux grandes pièces jouées dans la même soirée. C'est ce qu'on appelait intermède. En France, l'origine de ce genre remonte aux premières représentations des mystères, dont des acteurs entremêlaient les différentes phases d'hymnes et de psaumes ayant un caractère religieux. 

Les ballets ou cérémonies de Molière, Monsieur de Pourceaugnac, le Malade imaginaire, le Bourgeois gentilhomme, etc., demeurent les modèles de l'intermède. Parfois, l'intermède se rattachait à l'action et ajoutait à l'effet, comme les choeurs d'Esther, d'Athalie, du Paria, etc. Sous Louis XIV, on donnait aussi ce nom aux danses exécutées entre le dîner et le souper. L'intermède était encore en usage au temps de Regnard et de Dancourt (les Divertissements de Sceaux); plus tard il se transforma en pièce complète, mais très courte et ne dépassant jamais un acte, comme la Maîtresse servante ou le Devin de village, et correspondant à ce que de nos jours on appelle lever de rideau. 

L'ancien théâtre italien et espagnol possèdent un répertoire complet d'intermèdes; ce sont de courtes compositions, sortes de farces le plus souvent insignifiantes. En Italie on en a fait un genre déclamatoire; on y rencontre même parfois des traits de génie; et il se pourrait bien que l'opéra bouffe où se sont illustrés plus tard les Rossini, les Donizetti, etc., ait pris naissance dans les farces des groteschi. En Espagne, les bouffonneries des graciosos; en Angleterre, les exercices funambulesques, les pitreries des clowns et les exercices des gymnasiarques tennaient lieu d'intermèdes.

Dans la littérature française, ce genre, tel qu'il existait autrefois, est absolument tombé en désuétude. L'intermède est généralement remplacé par de la musique symphonique. Au XVIIIe siècle, Diderot voulut le remettre à la mode en l'améliorant. Dans ce but, il exposa toute une théorie de scènes mimées remplissant le vide des entractes en faisant part au spectateur de ce qui se passe dans la coulisse. Cette théorie, essentiellement nuisible à la surprise et à l'intérêt, fut jugée impraticable et n'a pas été renouvelée. (Arthur Bernède).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.