.
-

Montdidier

Montdidier (Mons Desiderii) est une commune de la France, dans le département de la Somme. Population : 6330 habitants. 

Hilduin est le premier comte de Montdidier qui soit connu d'une façon certaine. Il mourut vers l'an 950. En 1080, à la mort d'Herbert IV, comte de Vermandois, à qui le comté de Montdidier avait passé par son mariage avec Adèle de Crépy, Hugues de France se trouva, du chef de sa femme, en possession de Montdidier et du comté de Vermandois. Raoul Il de Vermandois étant mort sans postérité en 1166 ou 1176, sa succession fut revendiquée par Philippe d'Alsace, comte de Flandre, qui avait épousé Elisabeth, soeur de ce dernier; mais intimidé par Philippe-Auguste, roi de France, le comte de Flandre finit par lui abandonner le comté de Montdidier avec celui d'Amiens, en 1185. Dès 1195, le roi de France octroya une charte aux habitants de la ville. En 1418, Montdidier ayant été cédé avec Péronne et Roye par Charles VI à Philippe le Bon, comte de Charolais, ces trois villes formèrent dès lors ensemble un gouvernement distinct qui subsista jusqu'à la Révolution. Ayant été comprise parmi les villes de la Somme cédées au duc de Bourgogne avec faculté de rachat, par le traité d'Arras, en 1433, elle fut rachetée avec celles-ci par Louis Xl en 1463. Depuis lors, elle ne cessa d'être disputée entre le roi de France et Charles le Téméraire, tour à tour prise et reprise par l'un ou par l'autre, jusqu'à ce qu'en 1475, ayant été prise par Louis XI, celui-ci, irrité de l'attachement de ses habitants pour le duc de Bourgogne, fit raser ses remparts, brûler ses maisons et chassa ses habitants. Charles le Téméraire commençait à la relever de ses ruines, lorsqu'il mourut lui-même en 1477 sous les murs de Nancy. Cette mort fit revenir définitivement la ville à la couronne pour n'en plus être détachée. Avant la Révolution, Montdidier était le siège d'une prévôté, d'un bailliage démembré au XVe siècle de celui de Vermandois, d'une élection de la généralité d'Amiens, d'un grenier à sel. 

On prétend que Philippe-Auguste, une fois maître de Montdidier, en fit démolir le château. Toutefois le palais de justice qui s'élève sur son emplacement contient quelques parties qui remontent au XIIIe siècle. Il s'y trouve de belles tapisseries de Bruxelles du XVIIe siècle. L'église Saint-Pierre à trois nefs voûtées en pierres, du XVe siècle, avec fort beau portail flamboyant, renferme, en fait d'objets intéressants, une cuve baptismale en pierre noire de Tournai du XIe siècle, et une statue funéraire en pierre qui passe pour celle de Raoul de Crépy, mort en 1074, mais qui ne doit pas être antérieure au XIIIe siècle. Dans l'église du Saint-Sépulcre, édifice du XVIe siècle, à trois nefs et un transept, le tout voûté en pierres avec clefs pendantes, de style gothique flamboyant, assez belle chaire en bois sculpté de 1630. Hôtel de ville de la Renaissance.

Les armoiries actuelles de Montdidier sont : d'azur, à une tour d'argent, maçonnée de sable, accostée de sept fleurs de lis d'or, trois à dextre, trois à senestre, et une coupée partie en chef et partie en pointe de l'écu. (GE).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.