.
-

Martres-Tolosane

Martres-Tolosane est un village de France, dans le département de  la Haute-Garonne, situé à 60 km au Sud-Ouest de Toulouse; population : 2200 habitants. De l'ancienne Angonia, dont Martres-Tolosane paraît occuper l'emplacement, il est longtemps resté un fossé (aujourd'hui comblé), au Nord de la ville. 

On a découvert à proximité, les restes (recouverts après les fouilles) d'une villa gallo-romaine, la Villa de Chiragan, occupée entre les Ier et Ve siècles de notre ère, située dans une enceinte couvrant 16 hectares, et dont une salle renfermait un grand nombre de statues, de bas-reliefs et de bustes, actuellement déposés au musée Saint-Raymond de Toulouse. C'est, après la Villa d'Hadrien, la plus luxueuse villa antique connue.
-

Martres-Tolosane : Villa de Chiragan.
Plan de la villa de Chiragan établi par Léon Joulin en 1901.


Las antiquités romaines de Martres

Martres-Tolosane est la localité  de la région toulousaine qui a fourni le plus de vestiges romains depuis les premières fouilles archéologiques, qui remontent à  1669; vestiges d'édifices considérables; inscriptions funéraires; fragments d'architecture; série de bas-reliefs représentant les travaux d'Hercule (Géryon, l'hydre de Lerne, le sanglier d'Erymanthe, les étables d'Augias, les oiseaux du lac Stymphale, l'amazone Hippolyte, les chevaux de Diomède, le taureau de Crète, le jardin des Hespérides); Sérapis, Minerve, Ammon, Cybèle; masques comiques et bachiques; figure colossale d'Isis, statuettes d'Esculape, Hygie, Diane ; tètes de déesses, dont une est surtout d'une grande beauté; série, considérable d'images impériales en marbre Auguste, Trajan, Hadrien, Antonin, Marc-Aurèle, Annius Verus, Lucius Verus, Commode, Didius Julianus, Septime Sévère, Caracalla, Géta, Alexandre Sévère, Pupien, Philippe, Gallien, et nombreux portraits d'hommes inconnus.

Le centre-ville de Martres-Tolosane est circonstcrit à l'intérieur des restes des remparts circulaires remontant au Moyen-Age. On y admire l'église du XIVe avec un clocher octogonal de style toulousain, terminé par une belle flèche reconstruite au XIXe siècle; à l'intérieur, chapelle romane de Saint Vidian (XIIIe s.); fonts baptismaux formés d'un beau sarcophage supporté par  4 colonnettes. Non loin de là se trouvent  une grosse tour carrée (le Donjon), ainsi que les restes d'un prieuré du XIe siècle. 
-

Martres-Tolosane.
Martres-Tolosane : son clocher, son donjon... © Serge Jodra.
Martres-Tolosane.

A l'extérieur du village, on peut voir la Fontaine de Saint Vidian, but de pèlerinage et d'une procession, le dimanche de la Trinité, qui est aussi l'occasion d'une reconstitution de bataille médiévale, inspirée d'une chanson de geste

La légende de Saint-Vidian -  L'émir d'Huesca assiégeait Angonia; Charlemagne chargea Vidian, l'un de ses plus braves compagnons, de le chasser de l'Aquitaine. Celui-ci accourt, repousse, en effet, les Sarrasins et les poursuit. Son cheval l'emporte, et il reçoit de cruelles blessures; mais l'ennemi est défait et le preux revient vers Angonia. A une médiocre distance de la ville, une fontaine épanche dans le fleuve son eau fraîche et pure; Vidian s'arrête sur ses bords et lave les plaies profondes qu'il a reçues dans le combat. Sa redoutable épée est appendue à un arbre ainsi que son casque. 
-
Martres-Tolosane : Bataille de saint Vidian.
Une reconstitution de la bataille de Saint Vidian. (ca. 1900).

A ce moment une nombreuse troupe d'Arabes, réfugiés dans l'épaisse forêt couvrant la plaine, sort de cette retraite et fond sur lui à l'improviste; privé de ses armes, Vidian ne peut d'abord se défendre, mais bientôt il arrache un cimeterre à l'un des Sarrasins qui l'environnent, et il jonche la terre des cadavres du plus grand nombre d'entre eux; le reste épouvanté prend la fuite; mais le héros a reçu de nouvelles et plus dangereuses blessures, son sang ruisselle sur le sol qu'il a défendu avec tant de valeur, et il expire. On montre dans les rochers voisins la place où il se reposa; la pierre s'est, dit-on, amollie sous son corps et en a moulé les formes athlétiques. (Le Chevalier Vivien et la bataille d'Aliscans).

On connaît également Martres-Tolosane pour ses faïences, dont la fabrication est attestée sans interruption depuis le XVIIIe siècle, grâce à la présence, à proximité, de carrières d'argile propres à cette activité. La plus ancienne faïence de Martres-Tolosane conservée remonte à 1739; c'est un plat à barbe dû à Joseph Delondre. Huit ou neuf faïenceries existent encore aujourd'hui, perpétuant  les techniques traditionnelles du "grand feu", et de la décoration à la main; les décors sont de styles divers : motifs floraux (dont le Vieux-Martres), ibis, grotesques, etc. 
Décors de faïence : Vieux Martres.
Vieux Martres. Source : Faïencerie Jodra
Ci-dessous, Les Faïenciers, l'une des scuptures de Jean-Louis Toutain (1948-2008), 
que l'on peut voir à Martres-Tolosane.
J.-L. Toutain : les Faïenciers (S. Jodra, 2012).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2008. - Reproduction interdite.