.
-

 
Augment
Augment est un terme de grammaire; en grec, c'est une syllabe additionnelle consistant en un Epsilon ajouté devant le radical des verbes grecs à tous les temps passés de l'indicatif, c.-à-d. à l'imparfait, à l'aoriste, au parfait et au plus-que-parfait. L'augment est donc véritablement un signe du temps passé. Au parfait, l'augment est renforcé de la 1re lettre du radical; et au plus-que-parfait, temps qui exprime un double passé, le redoublement est précédé d'un 2e augment. Dans les verbes composés, l'augment suit toujours la ou les prépositions. L'augment Epsilon, qui ajoute une syllabe, se nomme augment syllabique; dans les verbes commençant par une voyelle, il se combine ordinairement avec elle, et, devenu Eta ou Omega, il prend le nom d'augment temporel, parce qu'il change une brève en longue.

Cette forme verbale n'a été définitivement fixée dans la conjugaison grecque que vers le Ve siècle av. J.-C. et chez les Attiques. Dans la langue ionienne (celle d'Hérodote et d'Hippocrate), on rencontre beaucoup de verbes sans augment. D'Homère à Pindare (période remplie par des poètes ioniens, éoliens, doriens), l'augment est flottant : on le trouve constamment dans certains verbes, jamais dans d'autres; enfin le plus grand nombre tantôt en sont pourvus, tantôt ne l'ont pas.

La langue poétique dans les différents genres ayant été fixée de bonne heure par les chefs-d'oeuvre d'Homère, d'Archiloque, d'Alcée, de Sappho, de Pindare, les poètes postérieurs l'imitèrent avec toutes les formes usitées chez ces grands écrivains. La poésie dramatique seule, née et perfectionnée à Athènes, adopta la langue attique, où la suppression de l'augment par licence poétique est fort rare. Ce dialecte étant devenu la langue littéraire par excellence, la langue commune de tous les prosateurs, l'augment subsista à travers toutes les phases que devait subir le grec pendant une durée de plus de dix siècles, depuis l'époque de Miltiade jusqu'à celle de Justinien.

L'augment existe en allemand; c'est la syllabe ge mise devant le radical au participe passé des verbes qui ne commencent pas par une particule inséparable (be, ge, emp, er) ou qui ne sont pas terminés par iren. (P.).

.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.