.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les constellations
Mythologie et histoire des constellations
La constellation du Sagittaire

La plupart des auteurs anciens ont appelé la constellation des Sagittaire (Sagittarius) le Centaure, et y ont peint en effet un monstre de cette forme (Hyginus). Autrefois on n'y figurait qu'un arc, un carquois (Bayer), ou une main armée d'un trait, et on l'appelait I'Arc ou le signe de l'Arc. Ceux qui se refusent à y voir un Centaure, disent que jamais les Centaures ne firent usage de flèches (Germanicus); d'autres ajoutent que le Sagittaire est debout , et n'a que deux pieds. Cependant l'homme du Sagittaire a des pieds de cheval et une queue de Satyre; ce qui l'assimile aux Centaures (Hyginus). On représente le Sagittaire avec une espèce de manteau, appelé Ephaptis, dont s'entortillaient le bras, ceux qui voulaient combattre. Son Arc est coupé en deux par la Voie lactée. Il regarde le couchant; il se couche la partie antérieure la première, et monte droit.

Quelques auteurs l'appellent Crotus, fils d'Euphémê, nourrice des Muses : il habitait sur le mont Hélicon, où il vivait dans l'intimité avec elles, et se livrait aux exercices de la chasse. Ses talents lui acquirent beaucoup de réputation; il réunissait la finesse de l'esprit et la rapidité de la course. Pour rendre cette double idée Zeus, en le plaçant aux cieux, lui donna les pieds d'un cheval, dont il avait fait beacoup d'usage, et lui mit en main la flèche, qui symbolise en même temps la vitesse et la pénétration. Il y a jouta le queue des satyres, parce qu'il se plaisait autant, dit Hyginus, dans le commerce des Muses, que Dionysos / Bacchus, dans celui des satyres. On le fait petit-fils de l'Océan (Germanicus); c'est lui qui battait la mesure quand les Muses dansaient ou chantaient. C'est là ce qui lui mérité les honneurs du ciel. Son goût et ses talents se sont perpétués parmi les humains, ainsi que son amour pour la navigation. Il est observé, non seulement par ceux qui vivent surr la terre, mais encore par ceux qui voguent sur les mers. Son vaisseau en est la preuve, dit Eratosthène; ceci explique ce que dit Firmicus, à droite de Sagittaire se lève le navire Argo, et à sa gauche un Chien.

Hyginus le fait fils de Pan et d'Euphémê et frère de lait des Muses.

Les noms du Sagittaire

On lui donne encore plusieurs noms, dont voici les principaux :

Les Grecs le nomment : Toxotès, Toxeuter, Toxon, Acmma, Reter Toxon, Hippotès. Les Latins : Arciteuons, Arcus, Sagittarius, Telum, Semivi, Sagittae Thessalicae, Centaurus, Taurus, Croton, Crotus, Chiron, Phillyrides, Pharetra, Eques.

Les Arabes l'appellent Alkus, El-Kusu, Elkausu, Kaus, Al-Râmi, El-Kaus, Elkuschu, Alkawso. Les Hébreux : Kescheth, Ceset ou Chesit. Les Syriens : Kestho. Les Perses : Kaman. Les Turcs : Yai. Les Indiens : Vismap, l'Arc, en pelhvi, Dhanoussou, en sanscrit.

Ulugh Beg distingue plusieurs étoiles dans le Sagittaire, et il leur donne différents noms. Il appelle celle du trait, Min-al-Naâim-Alwarida. Celle de l'épaule gauche et la précédente, Min al Naâim-Alsadira. Celle de l'oeil Ain al Râmi. Celle de l'épaule, Min al Naaîm al Sadira. Celle de la gauche du trait Urkâb al Râmi. Celle du genou, Rucha al Rami. La première étoile, celle de la pointe du trait, s'appelle aussi Zugri al Nushaba.

Alnaim est une des stations de la Lune, la vingtième; la vingt-et-unième est Albendach, et la vingt-deuxième s'appelle Fortuna Decollentins, près de l'étoile appelée Orien par les arabes (Al-Ferghani).

On donne le nom de Dalmiain à quelques étoiles de l'extrémité boréale de l'arc du Sagittaire.

L'année du Sagittaire et ses présages

Columelle place, aux ides de février, un coucher du soir du Sagittaire, accompagné de froids violents. Il fixe au quatorze des calendes de décembre le passage du Soleil aux atoiles du Sagittaire. Théon, fait répondre le mois Choiac des Egyptiens au Soleil du Sagittaire.

Le même Columelle marque, au huit des calendes de décembre, le coucher du milieu du Sagittaire, avec annonce de tempête.

Pour les astrologues le Sagittaire est le domicile de Jupiter; le siège de Diane, parmi les douze grands dieux. Il est affecte à l'élément du feu. (Ch. Dupuis).

.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.