.
-

Hygin, C. Jul. Hyginus, grammairien latin, natif d'Alexandrie ou d'Espagne, fut d'abord esclave de Jules César, et fut afranchi par Auguste, qui lui confia le soin de la bibliothèque palatine. Il commenta Virgile et fut lié avec Ovide, qui, dans la suite, se brouilla avec lui. On a sous son nom deux ouvrages qui sont très utiles pour l'étude de la mythologie : un recueil de Fables mythologiques et l'Astronomicum pœticum, publiés tous les deux dans les Mythographi latini de Muncker, Amst., 1681. 

Ces deux ouvrages sont si mal écrits qu'on croit qu'ils ne sont pas d'Hygin. A. Mai a publ. en 1831 des Fables inédites qui lui sont attribuées et qui ont été rééditées par Bunte, Leipzig, 1857. On a aussi sous le nom d'Hygin un fragment sur la Castramétation, à la suite du Végèce de Scrivérius, Leyde, 1607; des traités de Limitibus, de Conditionibus agrorum, publ. par Van Gœs, Amst., 1674. Ces ouvrages parassent être d'un grammairien du IIe s:, surnommé Gromaticus (L'Arpenteur).

Hygin, Hyginus (Saint), élu pape l'an 139, excommunia deux fois l'hérésiarque Cerdon et employa en vain la douceur pour ramener un autre hérésiarque, le philosophe platonicien Valentin. Il mourut en 142.
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2008. - Reproduction interdite.