.
-

La découverte du monde > Le ciel
La découverte du ciel
Histoire des constellations
[Les constellations] [Liste des 88 constellations]
La formation des constellations a commencé par les plus apparentes et par celles auxquelles on accordait une utilité pour la navigation ou pour l'agriculture, par la Grande Ourse, Orion, les Pléiades, les Hyades, Sirius et le Grand Chien, Aldébaran et le Taureau, Arcturus et le Bouvier, la Petite Ourse, le Dragon, etc. Dans la suite des siècles, on occupa les places restées vides, notamment dans l'hémisphère austral, à l'occasion des grands voyages de découverte entamés à la Renaissance. Le ciel se peupla successivement, et l'on pourrait remarquer dans les figures imaginées et dans les noms des astérismes les vestiges des époques de leur création, comme on remarque dans le plan d'une grande ville les noms des rues correspondant aux idées régnantes des différents siècles. Les opinions et préoccupations de chaque époque se reflètent dans les noms inscrits au ciel comme sur la Terre. (C.F.).

Ancienneté des constellations.
Tous les anciens peuples, Indiens, Chinois, Mésopotamiens, Egyptiens, Hébreux, etc., ont trouvé commode de partager la surface du ciel en plusieurs groupes d'étoiles ou constellations, et de désigner ensuite chaque groupe formé sous le nom et la figure, soit d'un homme, soit d'un animal, soit de quelque autre objet rappelant un fait mythologique  ou religieux.

On a d'abord donné des noms particuliers aux étoiles les plus remarquables. Puis, peu à peu, on a rattaché à l'étoile principale les astres voisins; on a tracé des lignes de démarcation pour séparer et distinguer les groupes établis, et l'on a imagine de voir entre ces lignes des dessins représentant la chose dont la constellation portait le nom. Il ne faut donc pas chercher l'ombre d'une ressemblance entre les constellations et les figures, entièrement arbitraires, par lesquelles les anciens les ont représentées.

Certaines constellations étaient connues et dénommées dès la plus haute antiquité. Dans l'énumération qu'il fait des oeuvres divines, l'auteur du Livre de Job dit : " C'est lui qui a créé Arcturus et les Hyades, et Orion... " Plus loin, dans le même auteur, Yahveh parle : " Pourras-tu joindre ensemble les brillantes Pléiades et détourner Arcturus de son cours?. Le prophète Amos s'écrie à son tour : " Vous cherchez qui a créé l'Ourse et Orion...? Son nom est le Seigneur!" Plusieurs constellations sont aussi mentionnées par Hésiode et Homère.

On sait toute l'importance que les Indiens, les Egyptiens et avant eux les Babyloniens attachaient aux constellalions du zodiaque, dont les divisions ont émané naissance au endroit solaire. Ils leur attribuaient même des vertus et des influences particulières; d'où estvenue l'expression : Naître sous une heureuse constellation, sous une bonne étoile.

Les constellations de Ptolémée.
En suivant les descriptions faites par Eudoxe de Cnide, Aratus de Tarse, poète et astronome qui vivait environ 277 ans avant J.-C., a écrit un traité de toutes les constellations connues de son temps, traité qui a été suivi jusqu'au temps de Ptolémée sans recevoir beaucoup de changements ni d'additions. Mais Ptolémée remania considérablement la division du ciel; il ajouta quelques constellations formées d'étoiles laissées jusque-là indépendantes, les nomma et modifia quelques figures. Grâce à la vénération presque religieuse qu'inspirait son Almageste, les constellations de Ptolémée ont été scrupuleusement acceptées pendant de nombreux siècles sans aucun changement.

Les 48 constellations de Ptolémée

Aigle Chien (Grand) Gémeaux Persée
Andromède Chien (Petit) Hercule Petit Cheval
Autel Cocher Hydre Poisson austral
Balance Corbeau Lièvre Poissons
Baleine Coupe Lion Sagittaire
Bélier Couronne australe Loup Scorpion
Bouvier Couronne boréale Lyre Serpent
Cancer Cygne Ophiuchus Taureau*
Capricorne Dauphin Orion Triangle
Cassiopée Dragon Ourse (Grande) Vaisseau**
Centaure Eridan Ourse (Petite) Verseau
Céphée Flèche Pégase Vierge
** La Caille a démantelé l'ancienne constellation du Vaisseau (Navire Argo)
pour former les actuelles constellations de la Poupe, de la Carène, 
des Voiles et de la Boussole.
* Astérismes (dans le Taureau) :' les Pléiades, les Hyades.

Constellations ajoutées ultérieurement :

Boussole Fourneau Microscope Réticule
Burin Girafe Mouche Sculpteur
Caméléon Grue Octant Sextant
Carène Horloge Oiseau de paradis Table
Chevelure de Bérénice Hydre mâle Paon Télescope
Chiens de Chasse Indien Peintre Toucan
Colombe Lézard Phénix Triangle Austral
Compas Licorne Poisson volant Voiles
Croix du Sud Lion (Petit) Poupe
+ Les constellations disparues : la Fleur de Lys, Antinoüs, l'Aérostat, etc.
Dorade Lynx Règle
-Ecu de Sobieski -Machine pneumatique -Renard (Petit)

Constellations médiévales et modernes.
Tentative de christianisation du ciel.
Quelques pieux savants avaient tenté de baptiser les constellations avec des noms de personnages de l'Ancien Testament et du Nouveau Testament. C'est ainsi que le Bède, aux désignations et aux figures profanes des douze signes du zodiaque, substitua celles des douze apôtres; l'exemple donné par Bède fut suivi, et, sur un bon nombre de cartes du XVIIe siècle, on trouve le Bélier remplacé par Saint Pierre, le Taureau par Saint André, Hercule par les Trois Mages, etc. Cette nomenclature n'a pas pris; il est juste de dire qu'elle n'était pas plus mauvaise que l'ancienne, qui s'est maintenue par la force de l'habitude.

Nouvelles constellations au temps de grandes découvertes.
Les constellations des anciens ne comprenaient, bien entendu, que la partie du firmament visible pour eux. Elles étaient au nombre de quarante-huit, dont douze sur la bande zodiacale, vingt et une disséminées au nord du zodiaque, et quinze au sud. Les étoiles qui, bien que visibles, n'appartenaient à aucune constellation étaient appelées informes. Elles ont servi aux astronomes modernes pour former de nouvelles constellations, qui se trouvent ainsi intercalées dans les anciennes.

En avançant vers le sud, on découvrit de nouvelles étoiles, et l'on en forma des constellations dans le ciel austral, comme on avait fait dans le ciel boréal, On leur donna aussi des noms de fantaisie, généralement moins doux à l'oreille et moins faciles pour la mémoire que les noms des anciennes figures; quelques-uns sont même assez pittoresques (par exemple, le Réticule rhomboïde). 

Quand on consulte d'anciennes cartes du ciel, on reconnaît souvent que la même constellation est diversement dénommée; cela tient à ce qu'elle a été aperçue vers la même époque par différents navigateurs qui, à l'insu les uns des autres, l'ont
dessinée et qualifiée. Quelques astronomes courtisans imaginèrent de confectionner des constellations en l'honneur de leurs souverains. C'est ainsi que Bayer forma le Sceptre et la Main de justice, et remplaça la Mouche par le Lis, en l'honneur de Louis XIV; que Hévélius, en 1690, plaça au ciel le Bouclier de Sobieski, que Halley y transporta le Chêne de Charles Il (Robur carolinum), formé de neuf belles étoiles détachées du Navire, etc. 

Le nom des étoiles.
On a longtemps distingué les étoiles, dans chaque constellation, par la place qu'elles y occupent. On disait, et l'on dit souvent encore : l'Oeil du Taureau, le Coeur du Lion, l'Epaule de la Vierge, la Queue de l'Ourse, etc. Mais comme les figures n'ont, ainsi que nous l'avons dit, aucune ressemblance avec la forme du groupe d'étoiles signifié par leur nom, Bayer imagina d'appliquer aux étoiles les lettres de l'alphabet grec, en faisant suivre chaque lettre du nom de la constellation. Exemples : Alpha du Grand Chien, Bêta d'Andromède, etc. Quelques constellations, comme le Navire, comprennent un si grand nombre d'étoiles, qu'il a fallu y épuiser plusieurs alphabets.

Contributions modernes.

De nombreux contributeurs ont ajouté sur les cartes du ciel de nouvelles constellations. On les signale ci-dessous. Au début du XXe siècle on pouvait en compter autour de 120. Ce nombre a été réduit à 88 par la réforme opérée par l'Union astronomique internationale dans les années 1920. La liste complète est donnée dans les deux tableaux donnés plus haut : elle comprend les constellations de Ptolémée (auxquelles il faut retrancher le Vaisseau), soit 47 constellations anciennes, plus 41 constellations ajoutées ultérieurement.

Hévélius.
Constellations ajoutées par Hévélius : Antinoüs, le Mont Ménale, les Chiens de chasse, Ia Girafe, Cerbère, la Chevelure de Bérénice, le Lézard, le Lynx, l'Ecu de Sobieski, le Sextant d'Uranie, le Petit Evangile, le Petit Lion.

Halley.
Constellations ajoutées par Halley : la Colombe, le Chêne de Charles II, le Coeur de Charles Il, Ia Grue, le Phénix, le Paon, l'Oiseau indien, la Mouche, le Caméléon.

Bayer.
Constellations ajoutées par Bayer : l'Indien, l'Abeille, le Triangle austral, le Toucan, l'Hydre mâle, la Dorade, le Poisson volant.

Lacaille.
Constellations australes de Lacaille. l'Atetier du Sculpteur, le Fourneau chimique, l'Horloge astronomique, le Réticule rhomboïde, le Burin du Graveur, le Chevalet du Peintre, la Boussole, la Machine pneumatique, l'Octant, le Compas et le Cercle, l'Equerre et la Règle, le Télescope, le Microscope, la Montagne de la Table, Grand et Petit Nuage, la Croix du Sud.

Lemonnier, Lalande, Poczobut, Bode et Hell.
Constellations formées par Lemonnier, Lalande, Poczobut, Bode et Hell : le Renne, le Solitaire, le Messier, le Taureau de Poniatowski, les Honneurs de Frédéric, le Sceptre de Brandebourg, le Télescope de Herschel, le Globe aérostatique, le Quart de Cercle, le Chat, le Loch, la Harpe de Georges. (P. L.).

.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.