.
-

Gramont

Gramont (que l'on écrit souvent, mais à tort, Grammont). - Famille ancienne, issue de Sanche Garcie d'Aure, qui vivait à la fin du XIVe siècle, tire son nom de la seigneurie de Gramont en Basse-Navarre (Labourd). D'abord comté, cette maison fut érigée en duché en 1643. Elle a fourni plusieurs personnages éminents, ducs, maréchaux et pairs de France. Nous citerons :
Gabriel de Gramont, mort en 1534; il fut ambassadeur de France à la cour de Rome sous le règne de Louis XII, et chargé par François I de plusieurs missions diplomatiques dont il s'acquitta avec succès; il reçut en récompense l'évêché de Poitiers, puis l'archevêché de Toulouse.

Philibert de Gramont, comte de Guiche, qui épousa en 1567 le belle Corisande (Guiche);

Antoine III, duc de Gramont, qui se distingua comme militaire et diplomate sous Louis XIII et Louis XIV et fut fait maréchal en 1641; il mourut en 1678, à 74 ans; il a laissé des Mémoires sur ses négociations, publiés en 1716 par un de ses fils, Antoine Charles, duc de Gramont. C'était un des plus beaux hommes et des cavaliers les plus accomplis de son temps; Louis XIV le chargea d'aller en Espagne demander la main de Marie-Thérèse.
-

Antoine de Gramont.
Antoine de Gramont.

Philibert, comte de Gramont, son frère, accompagna Louis XIV dans la conquête de la Franche-Comté et de la Hollande; mais il est surtout célèbre par son esprit, sa galanterie et son adresse au jeu. Il fut quelque temps disgracié pour avoir disputé au roi le coeur de Mlle Lamotte-Houdancourt. Il avait épousé la soeur d'Antonny Hamilton, qui a laissé sous le titre de Mémoires du comte de Gramont un portrait piquant de son caractère. Il mourut en 1707.

Armand de Gramont, comte de Guiche, fils aîné du maréchal Antoine III, est l'un des premiers qui passèrent le Rhin en 1672.

Louis, duc de Gramont, lieutenant général, colonel des gardes françaises, causa par une coupable désobéissance la défaite de Dettingen, 1743: il fut tué à Fontenoy, 1745.

A cette maison se rattache celle des ducs de Gramont-Caderousse (ainsi appelés d'une île du Rhône comprise dans leurs domaines) : c'est une famille du comtat Venaissin, qui tenait du pape le titre de duc.
Gramont ou Gramond (Gabriel de Barthélémy, Seigneur de), historien, né vers la fin du XVIe siècle, mort à Toulouse en 1634, appartenait à une famille parlementaire originaire du Rouergue. Il fut président au parlement de cette ville et conseiller d'Etat. On a de lui : Historia prostrataea Ludovico XIII sectariorum in Cailla rebellionis, Toulouse, 1623, où il fait l'apologie de la Saint-Barthélemy; Historiarum Galliae ab excessu Henrici IV libri XVIII, 1643, in-fol., ouvrage médiocre, où il prétendit continuer De Thou.
Gramont (Scipion de), sieur de Saint-Germain, né en Provence au XVIe siècle, fut secrétaire du cabinet de Louis XIII, eut la confiance de Richelieu, fit plusieurs voyages en Italie, et mourut, dit-on, à Venise en 1638. On a de lui : l'Abrégé des artifices, traictant de plusieurs inventions nouvelles, Aix, 1606; la Rationnelle ou l'Art des conséquences, Paris, 1614; Traité de la Nature, des qualités et prérogatives des points, où se voient plusieurs belles et admirables curiosités, 1619 : c'est un écrit de géométrie; le Denier royal, traité curieux de l'or et de l'argent, 1620, in-8; Rupella capta, poème sur la prise de La Rochelle, dédié au cardinal de Richelieu 1628.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.