.
-

Bartholin

Bartholin (Gaspard), de son vrai nom Caspar Berthelsen, célèbre médecin né à Malmö le 12 février 1585, mort à Soroe, dans l'île de Seeland, le 13 juillet 1629. Il visita les plus célèbres universités de l'Europe et ne tarda pas à jouir d'une telle réputation de science, que l'université de Bâle lui offrit la chaire de philosophie en 1607, celle de Naples la chaire d'anatomie en 1609, celle de Montpellier la chaire de grec en 1610. Reçu docteur en 1610, sous la présidente de Bauhin, il fut appelé en 1611 à enseigner l'éloquence à Copenhague, obtint en 1613 la chaire d'anatomie, mais abandonna les sciences médicales après une maladie grave et devint en 1624 professeur de théologie. Il fut recteur de l'université de Copenhague en 1618. (Dr L. Hn).


En bibliothèque - Ses écrits sont nombreux et relatifs à l'anatomie, la médecine, la théologie, la philosophie, l'histoire, la critique, etc. Citons seulement : Problematum philosophicorum et medicorum... miscellaneae exercitationes (Wittemberg, 1611, in-4); Anatomicae institutiones corporis humani, etc. (Wittemberg, 1614, in-8 et nombreuses édit.; trad. en franç. par Abr. Duprat; Paris, 1647, in-4); Manuductio ad veram psychologiam ex sacris litteris (Copenhague, 1619, in-8); De ortu, progressu et incrementis Academiae regiae Hafniensis (Copenhague, 1620, in-4); Logica major locupletala (Strasbourg, 1621, in-8); Opuscules quatuor singulariae, etc. (Copenhague, 16281663, in-8); Controversia anatomica, etc. (Goslar, 1631, in-8); Systema physicum, etc. (Copenhague, 1628, in-8); Metaphysica major,etc. (Cambridge, 1642, in-4).
Bartholin (Thomas), fils du précédent, le plus célèbre de cette famille de médecins, né à Copenhague le 20 octobre 1616, mort à Hagested le 4 décembre 1680. Comme son père, il voyagea dans  les principales contrées de l'Europe et étudia non seulement la médecine, mais la philosophie, la philologie, la jurisprudence, l'archéologie, l'arabe, etc.; mais de toutes les sciences, c'est l'anatomie qui le captiva le plus. A Leyde, il commença ses études sur les vaisseaux lymphatiques et la circulation harveyenne (Harvey); à Padoue, il fonctionna comme prosecteur; à Venise, il fut reçu membre de l'Accademia degli incogniti; Naples lui offrit une chaire de philosophie qu'il refusa; en 1645, l'université de Copenhague lui offrit la chaire d'éloquence qu'il n'accepta pas. Reçu docteur la même année à Bâle, sous la présidence de Bauhin, il revint à Copenhague et accepta une chaire de mathématiques; en 1648, il obtint la chaire d'anatomie et la direction de l'institut anatomique. 

A partir de ce moment, il se consacra presque exclusivement à sa science favorite; il découvrit chez l'humain le conduit thoracique trouvé avant lui par Pecquet chez les animaux, reconnut la vraie nature des lymphatiques, des chylifères et des vaisseaux sanguins (découverte que lui dispute Ole Rudbeck), celle du canal de Wirsung, qu'on prenait avant lui pour un vaisseau chylifère, redressa les erreurs introduites par Galien relativement à l'action hématopoiétique du foie, etc. En 1654, Bartholin fut nommé doyen du collège des médecins et renonça à l'enseignement en 1661. Il se retira à la campagne, où il fit transporter sa nombreuse bibliothèque qu'il perdit en 1670, dans un incendie. Le roi, pour le dédommager, le nomma son médecin l'année suivante : il fut nommé bibliothécaire et recteur de l'Université, et remplit encore une fois cette dernière fonction en 1680. (Dr L. Hn).


En bibliothèque - Ses ouvrages, très nombreux et très importants, concernent l'anatomie normale et pathologique, la physiologie, la pathologie, la pharmacologie, l'histoire de la médecine, des collections telles que Acta medica et philosophica (1673-1680, 5 vol. in-4), etc
Bartholin (Erasme), médecin et géomètre, frère du précédent, né à Roeskilde le 13 août 1625, mort à Copenhague le 4 novembre 1698. Il commença l'étude de la médecine en 1644, puis en 1646 entreprit un voyage de dix ans, en Angleterre, en Hollande, en France (ce qui lui vaudra par la suite d'être le contact privilégié de Picard lors de son Voyage  à Uraniborg) et en Italie; en 1657, il devint professeur de mathématiques à Copenhague et peu après professeur extraordinaire de médecine, en 1671 professeur ordinaire de médecine. Il fut assesseur du consistoire (1675), conseiller de justice, doyen de la faculté de médecine (1680), bibliothécaire de l'Université (1693), conseiller d'Etat (1694). Bartholin a fait plus pour les progrès des mathématiques que pour ceux de la médecine; il a découvert entre autres le spath d'Islande biréfringent et publié à ce sujet : Experimenta crystalli islandici disdiaclastici, etc, (Copenhague, 1669, in-4). (Dr. L. Hn).


En bibliothèque-  Citons encore de lui : Anatytica ratio inveniendi omnia problemata proportionalium (Copenhague, 1657); De probtematibus math. tract. (Copenhague, 1664); De cometis anni 1664-65 (Copenhague, 1665); De aëre Havniensi (Francfort, 1679); (Selecta geometrica; 1674, comprenant sept dissertations mathématiques); De naturae mirabilibus quaestiones academiae (Copenhague, 1674, in-4). Il a traduit du grec Heliodori Larissaei Opticor. Libr. Il (Paris, 1654, in-4) et inséré des articles dans les Ephem. nat.. curios, les Acta Hafniensia, etc. 
Bartholin (Gaspard), médecin, fils de Thomas Bartholin, né à Copenhague le 10 septembre1655, mort le 11 juin 1738. Dès 1674, à l'âge de dix-neuf ans, le roi le nomma professeur de philosophie; il visita ensuite les principales universités du continent et en 1677 fit à Copenhague des leçons sur la physique et l'anatomie, puis en 1678 reçut le diplôme de docteur. Son nom a été donné au canal de Bartholin de la glande sublinguale et aux glandes de Bartholin, qui chez la femme correspondent aux glandes de Cowper chez l'homme. Il renonça à l'enseignement en 1701 et tourna son activité d'un autre côté; nommé assesseur du consistoire en 1690, procureur géné ral en 1719, député aux finances en 1726, il remplit avec zèle ces fonctions diverses. Le gouvernement le combla d'honneurs et en 1731 lui accorda des lettres de noblesse. (Dr L. Hn).


En bibliothèque- Ouvrages principaux : Exercitationes miscellaneae varii argumenti, in primis anatomici (Leyde, 1675, in-8); Diaphragmatis structura nova (Paris, 1676, in-8; l'auteur y parle de préparations anatomiques par voie d'injection); De inauribus veterum syntagma (Amsterdam, 1676, in-12); De tibiis veterum et eorum antiquo usu libri III (Amst., 1679, in-12, fig.); De ovariis mulierum et generationis historia epistola anatomica (Rome, 1677, in-12, et plusieurs éditions); De ductu salivali hactenus non descripto, etc. (Copenhague, 1684, in-4); Specimen compendii physici (Copenhague, 1687, 1692, in-4); De respiratione animalium (Copenhague, 1700, in-4); Specimen historiae anatomicae partium corporis humani, etc. (Copenhague, 1701, in-4; son meilleur ouvrage).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.