.
-

Séléné

Séléné (personnage de la mythologie grecque). - Soeur d'Hélios (le Soleil), Séléné,  la divinité de la Lune, qu'on appelait aussi Méné, illuminait de sa couronne d'or l'air ténébreux. Chaque soir, commençant sa course quand son frère avait terminé la sienne, la divine Séléné aux larges ailes, "après avoir baigné son beau corps dans l'Océan, revêtait des vêtements splendides, et s'élevait dans le ciel, emportée sur son char par de brillants coursiers". On la voyait aussi quelquefois montée sur un cheval, un mulet, ou même un taureau. Bien qu'on la considérât généralement comme la fille d'Hypérion et de Théia ou d'Euryphaëssa, on lui donnait parfois pour père Hélios ou même Zeus.

Sa beauté lui avait attiré l'amour de Zeus, qui la rendit mère de trois filles : Pandia, "remarquable par sa beauté parmi les Immortels"; Ersé, la rosée, et Némée. A propos de cette dernière, on prétendait que le lion de Némée était né également des amours de Zeus et de Séléné, et qu'il était tombé de la lune sur la terre. Séléné avait encore été aimée de Pan, qui, avant pris la forme d'un bélier blanc, l'attira au fond d'un bois de l'Arcadie.
-

Séléné rendant visite à Endymion (Pompéi).
Séléné rendant visite à Endymion endormi (fresque de Pompéi).

La légende a surtout retenu les amours de Séléné et d'Endymion. L'histoire en était contée différemment en Élide et en Carie. Selon les Éléens, Endymion était un roi d'Élide, dont on montrait encore le tombeau à Olympie, et qui, s'étant uni à Séléné, la rendit mère de cinquante filles. Les éclipses de Lune sont supposées causées par un dragon qui la dévore. Des magiciennes Thessalie agissent alors pour que le forfait n’aille pas à son terme.

Selon la tradition carienne, Endymion était un jeune prince, qui, se trouvant un jour à la chasse, s'alla reposer dans une fraîche grotte du mont Latmos, où il s'endormit. Séléné l'aperçut, et, séduite par sa beauté, profita de son sommeil pour lui dérober un baiser. Endymion ayant demandé à Zeus de lui accorder l'immortalité et une jeunesse éternelle, le dieu y consentit, à condition qu'il dormirait éternellement.

Une autre tradition présentait ce sommeil éternel comme une punition infligée par Zeu à Endymion, qui, ayant été admis dans l'Olympe, avait osé prétendre à l'amour d'Héra.

Quoi qu'il en soit, Séléné, amoureuse fidèle, ne manquait pas chaque nuit de venir contempler silencieusement son amant endormi. Ainsi les rayons de la lune amie viennent-ils caresser le sommeil des mortels.

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2011. - Reproduction interdite.