.
-

Pore

Dans le langage courant, on appelle pores (du grec poros = passage) les orifices de glandes sp√©ciales fournissant √† la surface de la peau des mati√®res particuli√®res, telles que la sueur, la mati√®re grasse ou s√©bac√©e, etc. Quelquefois, chez les animaux, on nomme pore un simple orifice de communication entre deux cavit√©s internes, ou celui d'une cavit√© du corps avec l'ext√©rieur. 

En botanique, on appelle ainsi non seulement de petites ouvertures microscopiques qui se trouvent √† la surface des v√©g√©taux, et par lesquelles s'accomplissent certaines fonctions, comme dans les animaux, mais encore des sortes de trous parfaitement visibles dans certains organes, et donnant passage √† des corps sp√©ciaux. Ainsi dans les √©tamines, les anth√®res op√®rent quelquefois leur d√©hiscence (c'est-√†-dire l'acte par lequel s'ouvrent les loges au moment de la f√©condation) par un pore; les Solanum et le Poranthera pr√©sentent cette organisation assez rare. Dans le Tetratheca juncea, il y a plusieurs pores qui se confondent en un seul au sommet. La d√©hiscence de la capsule peut aussi, dans certains cas, avoir lieu par des pores au lieu de se pratiquer par la d√©sunion des valves. Ainsi le fruit du Muflier gueule-de-loup, se rompt en deux points diff√©rents au sommet pour livrer passage aux graines; on dit alors que le p√©ricarpe est b√Ęillant. Dans les Campanules, ces pores sont vers le bas.

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
[Aide][Recherche sur Internet]

¬© Serge Jodra, 2024. - Reproduction interdite.