.
-

Monuments de Venise
L'église San Sebastiano
L'église Saint-sébastien (chiesa San Sebastiano) est située dans le quartier de Dorsoduro, à Venise.  Elle a été construite dans le style de la renaissance entre 1506 et 1548 par Francesco da Castiglione sur les plans d'Antonio Scarpagnino. La façade fut probablement réalisée en 1548; on veut que Sansovino en ait donné le dessins. Paul Véronèse entre 1555 et 1565 en décora magnifiquement les parois, le plafond, les autels, l'orgue et la sacristie. Ces peintures peuvent être citées comme les plus belles que nous ait laissées le maître, soit pour leur éclatant coloris, soit par la clarté et la richesse des compositions.
-
Venise : l'église San Sebastiano.
L'église San Sebastiano, à Venise. © Photo : Serge Jodra, 2012.

L'intérieur de l'église est précédé par une porte de vestibule sur lequel est le choeur des religieux. Sous ce vestibule, sur l'autel à droite, le Saint Niccolo oeuvre de la vieillesse du Titien

Sur la paroi de droite de la première chapelle, la Vierge, l'Enfant, Sainte Catherine et le portrait du père Spavento, tableau exécuté par Véronèse pour son ami Michele Spavento prieur du couvent de Sainte Marie Madeleine à Trévise, puis prieur de Saint Sébastien.

Au 2e autel la Vierge, l'Enfant et Saint Jean, groupe en marbre de Tommaso da Lugano, élève de Sansovino.

Au 3e autel le Christ sur la Croix et les Maries par Véronèse. Monument de l'évêque Livio Padacatarius par Sansovino (1556).

Au maître-autel, la Vierge en gloire et les saints Sébastien, Pierre, François, Jean Baptiste, Catherine Elisabeth. Ce tableau fut peint par Véronèse sur commande d'Elisabeth Soranzo. On dit que sous les traits de Saint François, le peintre a représenté son ami Bernardo Torlioni prieur de Saint Sébastien.

Sur les parois du choeur à droite le Martyre de Saint Sébastien; à gauche le Saint Sébastien exhortant à la mort les Saints Marc et Marcellian : c'est une des meilleures compositions de Véronèse, bien coordonnée, pleine de vie et de drame poignant. Elle fut exécutée en 1565. Véronèse s'y serait représenté sous les traits du saint et la jeune femme, agenouillée à ses côtés, serait son épouse.

Le pavé de la chapelle à gauche du maître-autel est composé de plaques de faïence émaillée aux dessins très variés avec monogramme armoiriés et la date (1510). À côté de l'orgue monument et buste de Véronèse mort en 1588.

L'orgue fut dessiné par Véronèse et sculpté par Domenico Marangon et Alessandro Vicentino (1558). Paolo Véronèse en peignit les volets représentant à l'extérieur la Purification de la Vierge et intérieurement la Piscine probatique (1560).

Le plafond de la sacristie est une des premières oeuvres que Véronèse exécuta dans cette église (1555). An centre il représenta le Couronnement de la Vierge et latéralement les quatre Évangélistes. Les peintures des parois, Songe de Jacob, Naissance de Jésus, Baptême, Sacrifice de Abraham, Oraison dans le jardin des oliviers, le Prophète Jonas et la Résurrection sont de l'école du Bonifacio. Le Châtiment des serpents, divisé par la fenêtre, est attribué au Tintoret, le Christ en Croix et les figures des saints Sébastien et Onophre, entre les fenêtres de la dernière paroi, à Raffaello da Verona.

Dans le choeur des nonnes deux fresques très endommagées représentant le saint Sébastien en présence du tyran et son martyre oeuvres aussi de Véronèse. Autour du corridor les apôtres Pierre et Paul, prophètes, anges et sibylles. Sur la balustrade du choeur, des statues en plâtre, la Vierge et l'Ange de l'Annonciation et les sybilles Cumana et Erythrée, par Gerolamo Campagna.

Retournant dans l'église, l'autel de la paroi de gauche, dans le style du Sansovino, a deux statuettes de Saint Antoine et de Saint Marc par Vittoria et le buste du procureur de la République Marc Antonio Grimani. Au dernier autel le Christ et les Pélerins d'Emmaüs par Andrea Schiavone. 

Le plafond fut peint en 1516 en collaboration de Benedetto frère de Véronèse qui, autour des motifs principaux (Assuérus rencontrant Esther, Couronnement d'Esther  et Triomphe de Mardochée de Véronèse), représenta, dans six caissons, des enfants tenant des guirlandes de fleurs. 

En dehors du portail, sous la balustrade, on voit un bas-relief dans le style de la Renaissance. Le clocher fut élevé en 1544. Dans le campo à côté, on admire une très belle margelle de puits du XVe siècle avec inscription en caractères vénitiens. (V. Alinari).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.