.
-

Cazères
Cazères-sur-Garonne (Caselae, Cazerae) est une commune de France, dans le département de la Haute-Garonne, sur la rive gauche de la Garonne; 3200 habitants en 2000. On a voulu autrefois placer dans ce lieu l'ancienne station de Calagorris, des itinéraires' romains, que l'on s'accorde aujourd'hui à placer vers Martres-de-Rivière (près de Saint-Gaudens); en tout cas, tout le pays était habité à l'époque antique, et on trouve souvent à Cazères des monnaies romaines. La plus ancienne mention de cette ville, nommée alors Caselae, remonte à l'an 1139; elle fut donnée en dot par le comte de Comminges à sa fille Bernarde, au moment du mariage de celle-ci avec Roger, vicomte de Carcassonne. Ce mariage étant resté stérile, Cazères revint à la maison de Comminges. 

Au XIIIe siècle, les consuls relèvent des comtes de Toulouse, puis de la couronne; ils prêtent serment de fidélité au roi en 1271; la ville était alors dans la baylie de Gascogne. Au XIVe siècle, si l'on en croit Froissart, elle appartenait au comte de Foix, Gaston Phoebus, et ce serait sous ses murs qu'aurait eu lieu la défaite du comte d'Armagnac et du sire d'Albret (1376); mais le chroniqueur officiel des comtes de Foix, Miguel de Verms, place ce fait d'armes à Cazères-sur-l'Adour, dans le Marsan (Landes), qui appartenait sûrement à Gaston-Phoebus, et il semble probable que le chroniqueur français aura confondu les deux Cazères dont il connaissait un seul : Cazères, sur la Garonne; il passa dans ce lieu longtemps après la bataille de 1376. En 1619, Cazères fut un instant au pouvoir des protestants. Plus tard, le lieu de Cazères fit partie du duché d'Antin; il fut réuni au domaine quelques années avant la Révolution. 
-

Cazères
Cazères et la Garonne.  © Serge Jodra.

Cazères, depuis 1317, était dans le diocèse de Rieux; la ville fit toujours partie du Languedoc, même après le démembrement de 1469; au XVIe siècle, elle était une des villes maîtresses du diocèse civil de Rieux. Les archives ont été brûlées pendant l'insurrection royaliste de l'an VIII. Au XVIIIe siècle, pour faciliter les communications avec la rive droite de la Garonne, on construisit un pont mi-partie en bois, mi-partie en maçonnerie, aujourd'hui remplacé par un grand pont de pierre qui a fait du petit village de Couladère, sur la rive droite, comme un faubourg de Cazères. 

On peut voir à Cazères une curieuse église du XIIIe ou du XIVe siècle dédiée à Sainte-Quitterie; dans la nef, cuve baptismale datée de 1320; le clocher très singulier est moderne et date de 1820. Au faubourg de Villeneuve, porte de 1547. Il y avait autrefois à Cazères un couvent de Jésuites. (A. Molinier).
-

Cazères  : l'église.
L'église Sainte-Quitterie (ou Notre Dame de l'Assomption),
à Cazères.  (Photo : S. Jodra).


En bibliothèque. -  Roschach, Foix et Comminges, pp. 157-145. - L'abbé Carrière, Monographie de I'église de Cazères (Mémoires de la Société archéologique du midi de la France, VII, 356-369).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.