.
-

Le kaolin
Le kaolin (du chinoiskao = haut + ling = colline; allusion aux endroits de la Chine où il existe des gisements de cette matière), ou Terre à porcelaine est une argile blanche très pure, avec laquelle on fabrique la porcelaine. Le kaolin est un silicate d'alumine hydraté plus ou moins mélangé de quartz, de mica, de silicate de potasse, de fragments de feldspath, etc. Il a un éclat nacré ou terreux et est maigre au toucher, c'est-à-dire rugueux sous les doigts; il happe légèrement à la langue, est infusible au chalumeau, mais se laisse attaquer par l'acide sulfurique bouillant.

Le kaolin provient de la décomposition de différents silicates d'alumine dont les principaux sont : le feldspath, les granits, les pegmatites, les porphyres, le gneiss, les trachytes. Il ne se trouve donc que dans les terrains primitifs ou volcaniques; il y forme des veines, des filons ou des amas dont la puissance peut varier de quelques centimètres à 90 ou 15 mètres. La Chine et le Japon possèdent de nombreux gisements de kaolin. Il y en a aussi de vastes dépôts en Russie, en Allemagne (Saxe) aux environs de la petite ville de Meissen, en Angleterre, en France. Les principaux gisements français sont ceux de Saint-Yrieix, du Vigen, du Chambon, etc. dans la Haute-Vienne; des Pieux près de Cherbourg, d'Alençon, de Louhossoa (Pyrénées-Orientales), etc.

Certaines variétés de kaolin moins pur que celui qu'on emploie pour la confection des porcelaines dures ont reçu des noms particuliers : telles sont : la smélite de Hongrie, le savon de montagne ou oropion de Plombières, la cimolite de la Mer Egée, etc.

Pour préparer la pâte dont on fait la porcelaine, on délaye sous l'eau du kaolin mélangé avec du sable fin d'Aumont (Oise), un peu de craie et du petit sable feldspathique. Il faut que toutes ces matières soient préalablement réduites en une poudre impalpable. Quand elles ont formé avec l'eau une bouillie claire, on place celle-ci dans des sacs de toile que l'on soumet à la presse pour chasser l'eau, et il ne reste plus qu'une pâte ferme que l'on marche, que l'on pétrit et qu'on laisse pourrir pendant plusieurs années dans une cave humide afin de déterminer la décomposition des matières organiques que cette pâte peut contenir. Après avoir subi toutes ces opérations préliminaires, la pâte peut être façonnée en vases sur le tour à potier, par le moulage ou par le coulage. Il ne reste plus qu'à lui donner le dégourdi, à la revêtir d'une couverte de pegmatite et à la chauffer dans un four à porcelaine



[Dictionnaire de Cosmographie][Table de Mendeleev][Terre]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.