.
-

Guérin

Guérin (Gilles). - Fécond sculpteur, né à Paris en 1606, mort en 1678, orna de ses oeuvres le Louvre, Versailles, ainsi que les châteaux des  seigneurs les plus en vue, et plusieurs églises de Paris et de la province; fut de l'Académie de peinture et de sculpture dès la fondation, et y fut nommé professeur. Au Louvre, il fit, pour la chambre du roi, un bas-relief représentant la Fidélité, l'Autorité et la Justice; à Versailles, on remarque dans le bosquet des bains d'Apollon, deux beaux Chevaux abreuvés par des Tritons, et près de la pyramide d'eau l'Amérique, le dernier de ses ouvrages.
Guérin (Pierre). - Peintre d'histoire, né à Paris, en 1774, mort en 1833, était fils d'un quincaillier. Il remporta le grand prix de peinture en 1797, se rendit en Italie en 1798, fut nommé en 1814 professeur à l'École des beaux-arts, en 1815 membre de l'Institut, en 1822 directeur de l'Académie française à Rome, remplit ces fonctions jusqu'en 1829, et fut créé baron à son retour. Ses principaux tableaux sont : le Retour de Marcus Sextus, 1800; Phèdre et Hippolyte, 1802; Bonaparte pardonnant aux révoltés du Caire; Andromaque, 1810; Énée et Didon; Égisthe et Clytemnestre, 1817, l'un des plus beaux ouvrages de l'école française. On a reproché à Guérin un appareil théâtral, des poses déclamatoires, et un coloris imparfait, mais en lui reconnaît une grande pureté de contours, un goût parfait dans l'ajustement, et une profonde entente de l'expression. Presque tous ses tableaux ont été gravés. 
Guérin : Le Retour de Marcus Sextus.
Le Retour de Marcus Sextus, par Pierre Guérin (1800).
Guérin (Paulin). - Peintre  né à Marseille en 1783, mort en 1855, a laissé, entre autres ouvrages : Caïn après le meurtre d'Abel, 1812; Ulysse en butte au courroux de Neptune, 1824; Adam et Ève chassés du Paradis, 1827; le Dévouement du Chevalier Roze pendant la peste de Marseille, 1834; la Conversion de Saint Augustin, 1844.
Guérin (Victor). - Archéologue né à Paris le 15 septembre 1824, mort à Paris le 21 septembre 1894. Sorti de l'Ecole normale en 1842, il fut professeur de rhétorique successivement à Agen, Bastia, Mâcon, Angers et Alger. En 1852, il fut nommé membre de l'Ecole d'Athènes

Pendant son séjour en Grèce, il explora les îles de Patmos et de Samos. A la même époque, il se rendit pour la première fois en Syrie; il y retourna en 1854, en 1863, 1870, 1875, 1882, 1884 et 1888. Il fut l'un des premiers archéologues qui explorèrent la Tunisie, en 1860. Au cours de ces voyages, il procéda à une étude méthodique des antiquités de l'ancienne Judée, de la Samarie, de la vallée du Jourdain, de la Galilée et d'une partie de la Phénicie. Il était membre de la Société des Antiquaires (= Archéologues) de France (1862).

Victor Guérin a consigné le résultat de ses voyages dans une série d'ouvrages dont les plus importants sont : Description de l'île de Patmos et de l'île de Samos (Paris, 1856, in-8); Voyage archéologique dans la régence de Tunis (Paris, 1862, 2 vol. in-8); Description géographique, historique et archéologique de la Palestine (Paris, 1869-1880, 7 vol. in-8); la Terre sainte (Paris, 1884-1883, 2 vol. in-4); Jérusalem, son histoire, sa description, ses établissements religieux (Paris, 1889, in-8). (M. P.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.