.
-

Gérôme

Jean-Léon Gérôme est un peintre et sculpteur français né à Vesoul (Haute-Saône) le 11 mai 1824, mort en 1904. Fils d'un orfèvre, il montra dès le collège une vocation pour la peinture que son père encouragea : très jeune encore, il fut envoyé à Paris dans l'atelier de Paul Delaroche. Après trois ans d'études, il fit avec son maître un voyage à Rome. Au retour, il concourut pour le prix de Rome avec Cabanel et Lenepveu, et il échoua. 

Sans perdre courage, il se remit au travail et enfin il envoya au Salon de 1847 le Combat de coqs qui valut au jeune artiste les éloges précieux de Théophile Gautier. Quand il eut encore donné en 1848 Anacréon avec Bacchus et l'Amour (musée de Toulouse), Gérôme devint pour un moment le chef incontesté de ces artistes délicats et raffinés qu'on appelait les néo-grecs et les pompéiens, Hamon, Picou, Damery. Cependant l'oeuvre qui suivit, dans la même note fine et légère, fut moins bien accueillie : c'était Bacchus et l'Amour ivres (1850, musée de Bordeaux) ; en 1851, le Gynécée ou l'Intérieur grec, par la hardiesse du sujet, fit presque scandale. 

Pour prendre sa revanche, l'artiste prépara pour l'Exposition universelle de 1855 une composition austère et solennelle, l'Apothéose d'Auguste. Avant de la terminer, il se laissa entraîner par un ami dans un voyage à Moscou; en route la déclaration de guerre à la Russie l'obligea de se détourner vers Constantinople; il ne vit qu'un bivouac russe et c'en fut assez pour qu'il rapportât une étude spirituelle et profonde : les Musiciens russes. Cette petite toile eut en 1857 bien plus de succès que la grande allégorie historique. Gérôme fut alors chargé de peindre pour l'église Saint-Séverin la Communion de saint Jérôme et la Peste de Marseille; l'essai fut assez malheureux et prouva au peintre qu'il était peu fait pour les grandes scènes. 

D'ailleurs l'Orient qu'il avait entrevu l'attirait; il repartit pour l'Egypte, d'où il revint en 1857 avec plusieurs tableaux d'une observation très curieuse et d'une touche alerte et précise, lesRecrues égyptiennes traversant le désert, la Prière chez un chef Arnaute, Sésostris et Memnon, la Plaine de Thèbes. Mais à la même exposition, auprès de ces scènes orientales, une autre oeuvre d'une inspiration toute différente et d'une facture aussi brillante, fit plus encore pour la popularité de l'artiste : c'était le Duel à la sortie du bal masqué, tant de fois reproduit. 

Par la suite, Gérôme a pris à la fois ses sujets dans l'Antiquité, dans l'Orient et dans la société et l'histoire moderne. Voici les tableaux les plus remarqués :

Sujets antiques : Ave Caesar, morituri te salutant (1859); le Roi Candaule, Phryné devant l'Aréopage; Socrate venant chercher Alcibiade chez Aspasie; les Deux Augures (1861); Cléopâtre et César (1866); Mort de César (1867); Pollice verso; les Chrétiens aux lions (1883); Marché d'esclaves à Rome (1884); l'Amour vainqueur (1889).

Sujets orientaux : le Hache-paille égyptien (1861); le Prisonnier (1863, musée de Nantes); Jeune Boucher turc à Jérusalem (1863); la Danse de l'Almée (1864); la Prière (1865); le Marché d'esclaves et le Marchand d'habits (1867); la Promenade du harem (1869); la Grande Piscine de Brousse (1885); la Poursuite (1890); Lions aux aguets (1891). 

Sujets modernes : Rembrandt gravant à l'eau-forte (1861); Louis XIV et Condé (coll. Vanderbilt, New York); Réception des ambassadeurs siamois à Fontainebleau par Napoléon III (1865); Sept Décembre 1815, neuf heures du matin (mort du maréchal Ney) (1868); l'Eminence grise (1874); Rex Tibicen (Frédéric II de Prusse) (1876); Molière à la table de Louis XIV; le Poète (1888).

Après avoir pris comme peintre une des premières places parmi ses contemporains, Gérôme s'est fait connaître, surtout dans ses dernières années, comme sculpteur. Déjà, lors de l'Exposition universelle de 1855, il avait modelé les figures des Nations qui entouraient le grand phare; à l'Exposition universelle de 1878; il exposa deux groupes, Rétiaire et Mirmillon et Anacréon, Bacchus et l'Amour; en 1887, il exposa son Omphale qui eut un grand succès. Enfin l'artiste, apportant dans le domaine de la sculpture cette recherche des curiosités archéologiques qui lui avait si bien réussi dans la peinture, exposa en 1890 Tanagra, statue en marbre légèrement polychromé, et en 1892 une Bellone, qui imitait la statuaire chryséléphantine

Gérôme a été membre de l'Institut à partir de 1865 et professeur à l'Ecole des beaux-arts; chacune des Expositions universelles lui a valu de nouvelles distinctions. (E. Bertaux).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.