.
-

Coello

Coello de Portugal y de Quesada (D. Francisco). - Ingénieur militaire et géographe né le 26 avril 1822 à Jaen, d'une famille de noblesse ancienne. Sorti le premier ex-aequo de l'académie du génie en 1839, il a fait ses premières armes en Espagne sous les ordres du général Espartero, duc de la Victoire, d'abord comme lieutenant, puis comme capitaine honoraire; en 1844, détaché en mission en Algérie avec le grade de capitaine du génie (commandant honoraire), il a suivi avec le général de Lamoricière les colonnes de Sebdou, Nemours, etc. ; il accompagnait le maréchal Bugeaud pendant l'expédition de l'Ouarnsénis et le général Pélissier lors de l'affaire des grottes du Frechich, et il parcourut ainsi pendant un an toute la contrée. En 1858, membre de la commission de statistique, il est spécialement chargé des travaux du cadastre parcellaire espagnol; il en forme le personnel et élabore les règlements : il est alors lieutenant-colonel du génie et colonel honoraire. En 1863, il est nommé colonel. En 1865 et 1866, il est directeur de tous les travaux géographiques, géodésiques et géologiques; il organise les levers parcellaires et propose l'établissement d'une carte régulière de l'Espagne, à l'échelle du 100 000e et la publication de feuilles du cadastre au 20 000e par réduction de levers au 2000e. Mais par suite de difficultés avec le général Narvaez, président du conseil des ministres d'alors, concernant la continuation du cadastre, il donne sa démission de directeur général des travaux géographiques et prend sa retraite en 1866.

Comme géographe, son oeuvre capitale est l'atlas des provinces d'Espagne à l'échelle du 200 000e dont il a commencé la publication en 1846, et qui était destiné à accompagner le dictionnaire historique, géographique et statistique de l'Espagne par Madoz, oeuvre considérable.  Pour la construction de ces cartes au 200 000e, le colonel Coello a mis en oeuvre tous les documents existants, surtout ceux réunis. par l'éminent géographe Bauza, qu'il a complétés en recueillant une foule d'autres fragments tels que les itinéraires manuscrits des armées françaises en Espagne, et des levers d'itinéraires faits par l'état-major espagnol, les divers projets de routes, de chemins de fer, de canaux d'irrigation, les cartes marines inédites, etc., documents complétés par des triangulations et des levers ou reconnaissances faits à son instigation et avec ses propres deniers, et il a soudé tous ces fragments en les appuyant plus tard sur le canevas géodésique espagnol, établi en partie sous sa direction. 

De valeur forcément inégale, surtout pour les premières provinces publiées, cette oeuvre de première importance a donné la première carte sérieuse et correcte du territoire espagnol. Mais l'éminent géographe, bien qu'avant à peu près terminé tous ses manuscrits, n'a pu encore en publier que les deux tiers, avec toutes les provinces d'outremer. En outre, le colonel Coello a publié : diverses provinces au 400 000e, provinces Basques, Àvila, Teruel, Léon, Valencia, Malaga, Grenade; une carte murale au 1 000 000e et une carte d'ensemble au 2 000 000e de la péninsule ibérique

Son activité laborieuse s'est aussi portée sur d'autres points : à partir 1855, il participe aux projets généraux des voies ferrées; en 1874 il est nommé membre de l'Académie royale d'histoire, y prononce un important discours et publie de nombreux travaux sur les voies romaines; il prend part aux divers congrès de géographie de Paris, Venise, Bordeaux, etc. Il assiste à la deuxième conférence de Bruxelles et il est délégué à la conférence de Berlin en 1884, et intervient dans l'affaire des Carolines; il fait une étude sur les irrigations et les eaux de Séville. Il est fondateur de la société de géographie de Madrid (1876), président effectif, puis honoraire de cette société; il est vice-président de l'exploration d'Afrique sous la présidence du roi D. Alfonso; il est également en 1883 fondateur et président de la société de géographie commerciale de Madrid, et en cette qualité il est le promoteur de plusieurs expéditions faites en Afrique au golfe de Guinée, au sud du Maroc, au rio de Oro et dans l'Adrar, et il obtient la prise de possession de ces territoires (L'histoire de l'Afrique). Enfin il est vice-président du Conseil d'outremer en 1887, actuellement Conseil des Philippines depuis 1889. Son nom est donc inséparable de tous les faits qui touchent au XIXe siècle à la géographie espagnole.  (F. P.).

Coello (Alonso Sanchez). - Peintre, élève de Raphaël et d'Antonio Moro, né en 1515, mort en 1590 (ou selon d'autres sources né en 1531, mort en 1588?). Son talent distingué le fit appeler le Titien portugais. Philippe II le nomma son peintre, et le combla de ses bienfaits. Ses principaux ouvrages sont : le Martyre de Saint Sébastien, le portrait de Saint Ignace
-
Coello : Anne d'Autriche.
Anne d'Autriche (épouse de Philippe II),
par Alonso Sanchez Coello.
Coello (Claudio). - Peintre espagnol, 1621-1693. Il s'efforça de réunir le dessin de Cano, la couleur de Murillo et les brillants effets de Velasquez, et produisit de beaux ouvrages qui lui valurent le titre de peintre du roi. L. Giordano ayant été appelé d'Italie pour faire à l'Escurial des travaux sur lesquels Claude Coello avait compté pour lui-même, il en mourut de chagrin.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2007. - Reproduction interdite.