.
-

Pedro Calderon de la Barca
La vie L'oeuvre Les éditions
-
La publication des oeuvres de Calderon

Dans les soixante années qu'il vécut après être sorti de l'Université, on peut penser que Calderon de la Barca composa un grand nombre de poésies et de comedias, mais il n'en publia lui-même que très peu de chose. On sait d'ailleurs que les dramaturges espagnols, écrivant pour le peuple et pour la représentation, ne se souciaient guère de ce que devenaient ensuite leurs oeuvres; ils ne cherchaient pas à les amener à ce degré de poli et de perfection qui rend immortelles les pièces de Corneille, de Racine et de tant d'autres. Rarement se préoccupaient-ils de les faire imprimer. C'était le premier libraire venu qui le faisait, sans même demander l'autorisation à l'auteur, et il tronquait, abrégeait, changeait de tout point l'oeuvre primitive, à tel point que Calderon disait ne plus reconnaître les siennes. Il termine celle intitulée El mayor monstruo los celos, en disant qu'elle est :

Como la escribio su autor
no como la imprimio el hurto
de quien es su estudio echar
a perder otros estudios.
En 1680, il y avait plus d'une centaine de comédies imprimées sans le nom de Calderon, soit en Espagne, soit en Amérique, dont à peine quelques-unes étaient vraiment de lui, encore toutes défigurées et méconnaissables. Son protecteur et ami, l'illustre descendant des Colomb, le duc de Veragua, crut devoir lui écrire pour lui demander quelles étaient vraiment les siennes, dont il voulait réunir une collection complète. Le poète répondit par une lettre où il se plaignait vivement des libraires et où il donna une liste de cent onze drames et de soixante-dix autos sacramentales, dont il revendique la propriété. Ce catalogue quasi officiel est la base la plus solide de toute édition de Calderon; mais plusieurs des pièces (neuf au moins), qui y sont indiquées, n'ont pu être retrouvées. Quelques autres, au contraire, dont ne parle pas l'auteur, paraissent devoir lui être réellement attribuées, de sorte que son oeuvre, telle qu'elle est actuellement établie, comprend soixante-treize autos (avec leurs Ioas ou prologues, qui ne sont pas tous de Calderon, à ce qu'il semble), et cent huit comedias. Les oeuvres de l'un et de l'autre genre ont été généralement imprimées séparément et nous suivrons cette division dans la courte notice bibliographique qu'il nous paraît utile d'insérer ici; nous ne mentionnerons, bien entendu, que les éditions classiques les plus importantes.

Comedias
La première édition qui ne soit pas une spéculation de libraire, désavouée par l'auteur, est intitulée Primera parte de las Comedias de don Pedro Calderon de la Barca, recogidas y sacadas de sus verdaderos originales por don José Calderon de la Barca, hermano del autor (Madrid, 1636, in-4). Ce volume ne paraît pas avoir été formellement reconnu comme exact par l'auteur : il contient douze comédies. Le même éditeur publia : Segunda parte de las comedias de don Pedro Calderon de la Barca, recogidas por don Josef Calderon de la Barca (Madrid, 1637, in-4), contenant douze pièces. En 1664, don Sebaslian Ventura de Vergara y Salcedo, ami du poète, publia : Tercera parte de las Cornedias de don Pedro Calderon de la Barca (Madrid, in-4); elle fut peut-être imprimée aux frais du marquis d'Astorga, à qui elle est dédiée, et contient douze comédies, et il y a en tête du recueil une lettre de Calderon remerciant l'éditeur de ses soins. Le même fit paraître en 1672 Quarta parte de Comedias de don Pedro Calderon de la Barca, caballero del orden de Santiago. Lleva un prologo del autor, en que distingue las comedias que son verdaderamente suyas o no (Madrid, in-4), réimprimé avec quelques corrections en 1674. Ces quatre volumes, publiés de 1636 à 1672, sans que Calderon y ait pris une part directe, sont, on peut dire, l'édition princeps des comedias de cet auteur. Quand celui-ci fut mort, son « mayor amigo », Juan de Vera Tasis y Villaroel, d'après les manuscrits, en publia une édition plus complète qui en contient cent huit (Madrid, 1682-1691, 9 vol. in-4), et a été la source de toutes les éditions publiées depuis lors. Citons parmi ces modernes : 

Comedias del celebre poeta español don Pedro Calderon de la Barca [...] que saca a luz don Juan Fernandez de Apontes, etc. (Madrid, 1760-1763, 11 vol. in-4); c'est une réimpression de l'édition de Vera Tassis, avec interversion de l'ordre des pièces et beaucoup de fautes;

Las Cornedias de don Pedro Calderon de la Barca, cotejadas con las mejores ediciones hasta ahora publicadas, corregidas y dadas a luz por Juan-Jorge Keil (Leipzig, 1827-1830, 4 vol. in-8); 

Las Comedias de don Pedro Calderon de la Barca : edicion cubana, corregida y aumentada (La Havane, 1839); il n'a paru que deux volumes contenant trente-deux pièces;

 4° Comedias de don Pedro Calderon de la Barca, coleccion mas completa que todas las anteriores, hecha y ilustrada por don Juan Eugenio Hartzenbusch (Madrid, 1848-1850, 4 vol. in-4); vol. VII, IX, XII, XIV de la Biblioteca Rivadeneyra. Cette édition, la moins mauvaise, renferme cent vingt-deux comédies et quatorze pièces de poésie, plus des notices et appendices utiles. 

Parmi les éditions qui donnent seulement quelques oeuvres de choix, il faut mentionner : le Theatro hespañol de Garcia de la Huerta (Madrid, 1788-1789, 17 vol. in-8), dans les vol. VI, VII, VIII, IX, X, XI, XII, XIII, XIV; Comedias (Zwickau, 1819, 4 vol. in-l2); Comedias escogidas (Madrid, 1826-1833, 4 vol. pet. in-8); Tesoro del teatro español, par E. de Ochoa (Paris, 1838, 5 vol. in-8) dans le t. III; Teatro español, de C. Schnetz (Bielefeld, 1840, in-8); teatro escogido de P. Calderon de la Barca, Edicion de la Real academia española (Madrid, 1868, 2 vol. in-8). 

Quant aux éditions de comédies isolées, elles sont presque innombrables, et dans la seconde moitié du XIXe siècle surtout, il en a été imprimé une véritable masse; la plupart ne sont que des reproductions du texte de Hartzenbusch «-découpé par tranches-» pour les besoins du moment. A l'étranger aussi, principalement en Allemagne, il en a paru plus d'une; nous ne pensons devoir en citer qu'une seule, remarquable parce qu'elle montre ce qu'on pourrait faire pour le texte de Calderon : El Magico prodigioso, comedia publiée d'après le manuscrit original de la bibliothèque du duc d'Osuna, avec deux fac-similés, une introduction, des variantes et des notes par A. Morel Fatio (Heilbronn, 1877, in-8).

Autos.
Calderon prit pour les autos sacramentales une précaution qu'il n'avait pas jugée utile pour ses comedias. Sans doute, il ne voulut pas que dans ces oeuvres, d'un caractère religieux, il pût se glisser des interpolations, des opinions d'autrui, des travestissements de sa pensée, et en 1677 il publia lui-même un recueil de ses autos : Autos sacramentales alegoricos y historiales, dedicados a Christo señor nuestro sacramentado, compuestos por don Pedro Calderon de la Barca, etc. (Madrid, 1677, in-4). Ce recueil en contient onze (dont une en deux parties) avec leurs loas. En mourant, Calderon en laissait beaucoup d'inédits dont il légua les manuscrits à l'ayuntamiento de Madrid; don Pedro de Pando y Mier obtint de ce corps l'autorisation de les publier et ils parurent sous le titre de Autos sacramentales alegoricos y historiales del insigne poeta español don Pedro Calderon, etc. (Madrid, 1717, 6 vol. pet. in-4). Il y en a soixante, outre les onze déjà publiés par Calderon lui-même. Une autre édition en a été tirée par Juan Fernandez de Apontes : Autos sacramentales alegoricos y historiales del phenix de los poetas (Madrid, 1759-1760, 6 vol. pet. in-4). Quelques-uns ont été publiés dans le Tesoro del teatro español, de E. de Ochoa, à la fin du vol. III, et dans la Biblioteca de Rivadeneyra, vol. XVIII (Autos sacramentales desde su origen hasta fines del siglo XVII).

Oeuvres diverses.
Outre ces oeuvres, qui sont pour nous les vrais titres de gloire de Calderon, ses contemporains admiraient beaucoup des pièces de circonstance comme les suivantes :

Panegirico al Excelentisimo señor don Juan Alfonso Henriquez de Cabrera y Colona (mort en 1647), etc., in-4 (tercets), sans lieu ni date; 

Elegia en la muerte del señor Infante don Carlos (112 tercets très remarquables) in-4, sans lieu ni date;

Exortacion panegirica al silencio, motivada de su apostrophe Psalle et sile, etc. (16 p. in-4, sans lieu ni date, avec approbation de Tolède, 31 décembre 1661, et une gravure de Pedro de Villafranca; Madrid, 1662);

Lagrimas que vierte una alma arrepentida, petit poème qui a paru dans un singulier volume : Avisos para la muerte, etc. (Valence, 1631, in-18) et qui contient des pièces d'une trentaine de poètes.

II faudrait y ajouter de nombreux sonnets et redondillas dans les recueils du temps et quelques entremeses ou sainetes dont on trouvera une liste dans le Catalogo del teatro antiguo español de D. Cayetano Alberto de la Barrera (Madrid, 1860, pp. 58 et s.). La plupart de ces poésies ont été publiées par A. de Castro, dans un volume intitulé Poesias de Calderon, con anotaciones, etc. (Cadix, 1845, in-8). Il y faut ajouter un volume de Poesias ineditas (Madrid, 1884). Vera Tasis, Lara et quelques autres amis de Calderon nous apprennent qu'il avait encore composé plusieurs ouvrages qui paraissent perdus : Discursos de los quatro Novisimos, dont Lara entendit trois cents octaves, et qui était un poème sur les quatre fins dernières de l'homme : la mort, le jugement, l'enfer et le ciel;Tratado defendiendo la nobleza de la pintera; Defensa de la Comedia, et un poème sur le Diluvio general.

Traductions.
L'oeuvre complète de Calderon n'a pu être traduite en aucune langue étrangère, car il y a une bonne part de son théâtre qui n'a que peu d'intérêt littéraire. Mais des centaines de traductions de ses comédies principales, et même de quelques-uns de ses autos, ont été publiées dans les diverses langues de l'Europe. Citons  :

En français, une traduction de En esta vida todo es verdad y todo mentira, par Voltaire; une de quelques drames par Linguet; une de Peor esta que estaba, sous le titre de Don Cesar Ursin dans les oeuvres de Lesage (Paris, 1821); une intitulée Chefs-d'oeuvre du théâtre espagnol; Calderon, comprenant huit comédies (Paris, 1822, 2 vol. in-8) ; une de Damas-Hinard, 17 comédies (Paris, 1841-1843, 3 vol. in-18); une de A. de Latour, 7 comédies (Paris, 1871, in-8);

En Anglais, une traduction de La Dama duende et de Nadie fie su secreto, attribuée à lord Holland (Londres, 1807, in-8); une de six drames par Edward Fitz-Gerald (Londres, 1853, in-8); une en vers de six drames par D. F. Mac-Carthy (Londres, 1853, 2 vol. in-8); une de trois autres drames en vers, par le même auteur (Londres, 1861, pet. in-4); une de Chrysanthus et Daria, par le même (Londres, 1870, in-8) ; une de la Vida es sueño, de El Magico prodigioso, de El Purgatorio de san Patricio, en vers, par le même (Londres, 1873, in-8); une du Magico Prodigioso, de Fitz-Gerald (Londres, 1874 (?), in-8); en outre, Trench traduisit deux autos, El gran Teatro del mundo, et la Vida es sueño (Londres, 1856, in-8), et D. F. Mac-Carthy, deux autos, la Cena de Baltasar et la Divina Philothea, plus une scène de El Veneno y la triaca (Dublin, 1867, in-16);

En allemand, traduction de cinq drames par Auguste Wilhelm Schlegel (Berlin, 1803-1809, 2 vol. in-8; Leipzig, 1845, 2 vol. pet. in-8); traduction de treize drames par J.- D. Gries (Berlin, 1815-1842, 7 vol. in-8); traduction de douze drames par Otto von der Malsburg (Leipzig, 1819-1825, 6 vol. in-12); traduction de huit drames par Adolf Martin (Leipzig, 1844, 3 vol. in-12); traduction de onze autos par J. von Eichendorff (Stuttgart, 1846-1853, 2 vol. in-8); traduction de tous les autos par F. Lorinser (Ratisbonne, 1856-1872, 18 vol. in-8);

En italien, Teatro scelto di Pietro Calderon della Barca, con opere teatrali di altri illustri poetri castigliani, etc., par Pietro Monti (Milan, 1855, 4 vol. in-12). 

Citons enfin, pour clore cette liste qui ne comprend que les traductions les plus remarquables, une du Magico prodigioso, en suédois, par Hagberg. (E. Cat).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.