.
-

La vulve

La vulve est l'ensemble des organes génitaux externes de la femme. C'est la partie visible de l'appareil génital féminin. La vulve est une zone très sensible et importante sur le plan anatomique et fonctionnel. Elle protège les organes génitaux internes et est impliquée dans le plaisir sexuel et la fonction urinaire. Elle se trouve à l'ouverture du vagin. Elle se montre sous forme d'une fente verticale résultant de l'adossement des grandes lèvres. Si l'on écarte les grandes lèvres, on aperçoit l'ouverture du vagin, au-dessus de laquelle on voit le méat urinaire, le vestibule de la vulve, le clitoris et les petites lèvres, qui lui adhèrent.
• Ouverture du vagin = orifice vaginal. - C'est l'ouverture du vagin, le canal qui relie les organes gĂ©nitaux externes aux organes gĂ©nitaux internes, comme l'utĂ©rus et le col de l'utĂ©rus. Cette ouverture peut ĂŞtre rendue beaucoup plus Ă©troite par la membrane de l'hymen. Elle est plus large après un premier accouchement. Chez les multipares, la muqueuse fait saillie, avec ses plis, Ă  l'ouverture vaginale. 

• Hymen. -  Il s'agit d'une fine membrane situĂ©e Ă  l'entrĂ©e du vagin chez certaines femmes. L'hymen peut se dĂ©chirer ou s'Ă©tirer lors des premières relations sexuelles, de l'exercice physique ou d'autres activitĂ©s, bien que sa prĂ©sence et son Ă©tat puissent varier considĂ©rablement d'une femme Ă  l'autre.

• MĂ©at urinaire = orifice urĂ©tral. - L'orifice de l'urètre est situĂ© dans le vestibule de la vulve,  entre le clitoris et l'ouverture du vagin dont il est sĂ©parĂ© par une saillie appelĂ©e tubercule vaginal ou tubercule du mĂ©at. C'est l'ouverture par laquelle l'urine est Ă©liminĂ©e de la vessie. 

• Vestibule de la vulve. - On donne ce nom à une petite surface située entre le clitoris et l'ouverture vaginale. Cette surface, plane, mesure un centimètre et demi environ de haut en bas et en travers. On y voit de petites ouvertures glandulaires.

• Mont de Vénus. - Il s'agit de la zone située au-dessus de la vulve, constituée principalement de tissu adipeux. C'est là que se trouve la base des poils pubiens.
 
• Grandes lèvres. - Les grandes lèvres sont deux replis de la peau limitant et fermant la vulve. Les grandes lèvres protègent les organes gĂ©nitaux internes et contribuent Ă  maintenir un environnement humide pour les muqueuses vaginales. Après la pubertĂ©, leur face externe est recouverte de poils, de mĂŞme que le mont de VĂ©nus. L'extrĂ©mitĂ© supĂ©rieure des grandes lèvres se confond insensiblement avec la peau du voisinage. En bas, les deux grandes lèvres se continuent en formant une courbe Ă  concavitĂ© antĂ©rieure, la fourchette de la vulve. La fosse naviculaire est la dĂ©pression qui sĂ©pare la fourchette de l'entrĂ©e du vagin. La muqueuse, qui recouvre la vulve Ă  partir des grandes lèvres, possède des artères et des veines qui se confondent avec celles des parties profondes. Les lymphatiques se rendent aux ganglions inguinaux internes. 

• Clitoris. - Le clitoris est un organe très sensible situĂ© Ă  l'intersection des petites lèvres, juste au-dessus de l'orifice urinaire. Il est composĂ© de tissu Ă©rectile et est riche en terminaisons nerveuses, ce qui en fait une zone très sensible Ă  la stimulation sexuelle. Le clitoris est le siège des sensations voluptueuses et joue un rĂ´le clĂ© dans le plaisir sexuel fĂ©minin. Cet organe est, chez la femme et les femelles de mammifères, l'homologue, dans une certaine mesure, de la verge des mâles. ConstituĂ© par deux corps caverneux sans corps spongieux, il n'a pas de gland vĂ©ritable, bien qu'on donne ce nom Ă  son extrĂ©mitĂ©; il ne contient pas le canal de l'urètre. Il est bridĂ© par un repli des petites lèvres appelĂ© frein du clitoris. 

• Petites lèvres (nymphes). -  SituĂ©es Ă  l'intĂ©rieur des grandes lèvres, les petites lèvres sont des plis cutanĂ©s plus dĂ©licats et plus sensibles. Elles entourent l'ouverture de l'urètre et du vagin. Les petites lèvres varient en taille, en forme et en couleur d'une femme Ă  l'autre. Elles partent du clitoris et qui descendent, en s'amincissant, sur les cĂ´tĂ©s de l'orifice du vagin, puis  disparaissent. A leur extrĂ©mitĂ© supĂ©rieure les petites lèvres sont bifurquĂ©es. La branche infĂ©rieure se confond avec le clitoris, sur lequel passe la branche supĂ©rieure qui se confond avec celle de la petite lèvre du cĂ´tĂ© opposĂ©, de manière Ă  former au clitoris une sorte d'abri appelĂ© capuchon du clitoris. (Dr J.-A. Fort).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
[Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2024. - Reproduction interdite.