.
-

Meissen

Meissen. - Ville d'Allemagne (Saxe), à 21 km au Nord-Ouest de Dresde, sur  la rive gauche de l'Elbe; deux ponts la relient à la rive droite où est le faubourg de Koelln.  Ancienne cathédrale' gothique. Population : 29 000 habitants.

Le renommée de Meissen tient à sa porcelaine. La plus ancienne fabrique y fut fondée en 1710 par J.-F. Boettger,  et devint manufacture royale. Fondée en 928 par l'empereur Henri Ier, Meissen a été le chef-lieu du margraviat de Misnie, et le siège d'un évêché, dont le dernier évêque, J. de Haugwitz, embrassa le protestantisme en 1587. 
-

Meissen : le château et la cathédrale.
Le château et la cathédrale de Meissen, au dessus de l'Elbe.

Les monuments de Meissen.
C'est une très jolie ville, admirablement située, avec de superbes monuments dans son vieux quartier et un élégant quartier neuf. La cathédrale est un chef-d'oeuvre de l'art gothique allemand; sa tour pyramidale de 78 m est finement découpée; les deux autres tours furent détruites par la foudre en 1547. Le portail principal fort beau est malheureusement masqué par le tombeau de famille que l'électeur Frédéric le Belliqueux édifia pour les siens; on y voit des oeuvres de Vischer; une autre chapelle funéraire renferme les tombeaux de Georges le Barbu et de sa femme, et une Déposition de croix de Lucas Cranach; à droite du portail méridional, est la plus belle chapelle, qui date de 1292 : les statues d'Otton, d'Adélaïde, de saint Donat, de saint Jean, de la Vierge sont de la même époque; citons encore, dans le choeur, d'anciens vitraux et une Adoration des rois mages (triptyque). Cette cathédrale, fondée par l'empereur Otton ler, fut brûlée au XIIIe siècle; l'édifice actuel a été bâti de 1260 à 1450.

Le château, juxtaposé à la cathédrale, est également un beau monument d'architecture gothique; il fut édifié de 1471 à 1483 par Arnold de Westphalie, restauré par Jean-Georges Il au XVIIer siècle; on y logea de 1710 à 1860 la manufacture de porcelaine. 

L'hôtel de ville remonte à 1479 nais a été restauré. L'ancien couvent de Saint-Afra sur une butte qu'une arche de 43 m relie à celle du Schlossberg, fut fondé en 1205, sécularisé au XVIe siècle, et servit à loger une école.

Parmi les huit autres églises, la plus vieille est celle de Nicolas; on remarque aussi celle des Franciscains avec ses vieux tombeaux de bourgeois et de quelques nobles de Meissen, ainsi que l'église Notre-Dame, édifice gothique, situé à côté de la place du marché; elle a été construite entre 1460 et 1570 et a été la première à avoir  carillons des cloches accordable en porcelaine dans sa tour.
-

Meissen : l'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame de Meissen. Images : The World Factbook.

L'histoire de Meissen.
La ville de Meissen, d'abord appelée Misni, remonte au château bâti en 928 par le roi Henri Ier contre les Daleminzes; ce fut la capitale d'un margraviat, d'un burgraviat et d'un évêché. Les Hussites la dévastèrent. On y négocia l'intérim (1548); Baner la ruina en 1637. Les guerres de Trente et de Sept ans lui furent généralement très préjudiciables, son pont sur l'Elbe y attirant les armées.

L'évéché de Meissen fut créé en 967 par Otton Ier, les évêques avaient rang de princes d'empire et étaient exempts de la juridiction des archevêques de Magdebourg et de Prague. Le plus connu fut Benno (1066-1106), l'adversaire de Henri IV. Le dernier fut Jean d'Haugwitz qui accepta la Réforme et abdiqua en 1581. Les électeurs de Saxe désignèrent désormais quelqu'un de leur famille comme administrateur, et en 1666 se firent concéder l'ad ministration à titre héréditaire.

Le burgraviat de Meissen comprenant le château urbain et plusieurs autres fut érigé par Henri IV, possédé de 1200 à 1426 par la famille de Harteustein, à l'extinction de laquelle il passa à la maison de Reuss, branche de Plauen, puis, Henri le jeune, de Plauen, étant mort sans héritiers, à l'électeur de Saxe (1572).

Margraviat de Meissen ou Misnie.
Le margraviat de Misnie, auquel nous avons conservé son ancien nom, fut une des plus importantes principautés de l'Allemagne du Moyen âge. Issue du démembrement de la grande marche des Sorbes, possédée sur l'Elbe moyen par le célèbre margrave Gero, elle fut après sa mort, en 965, composée des deux cantons (Gau) de Misani et Daleminzi. Ses margraves furent Wigbert, Thietmar (mort en 978), Gunther (mort en 982). Rikdag (mort en 985). Otton III la donna alors à Ekkehard Ier, fils de Gunther, lequel avait déjà été élu duc de Thuringe par les grands; il fut prétendant à l'empire en 1002. Mais assassiné à Poehlde. Son fils, Ekkehard Il, lui succéda et mourut sans héritiers (1046). La Misnie passa alors à la maison de Weimar qui lui donna les margraves Wilhelm et Otto; puis à la maison des Brunons (de Brunswick) qui lui donna Ecbert Ier, et Ecbert Il. Ce dernier fut opposé comme anticésar à Henri IV et tué. L'empereur attribua alors la marche de Misnie à Henri Ier, d'Eclenburg, fils du margrave Dedo de la Marche orientale (futur Brandebourg). Le fils de celui-là, Henri Il, mourut sans héritiers en 1123. Son cousin, Conrad de Wettin, s'empara de la Misnie et s'y maintint avec l'assistance du due de Saxe Lothaire contre Wiprecht de Groitzch auquel l'empereur Henri V l'avait donnée en fief. La maison de Wettin demeura dès lors en possession héréditaire de la Misnie qui fut le noyau de l'électorat (plus tard royaume) de Saxe. C'est à l'art. Saxe qu'on trouvera l'histoire de la maison de Wettin et des destinées ultérieures de la Misnie. (GE).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.