.
-

Les Hussites

Hussites, sectateurs de Jean Huss et de Jérôme de Prague, apparurent en Bohème aussitôt après le supplice de ces hérétiques, et firent à l'Eglise une guerre d'extermination. Arborant le calice pour signe de ralliement, et réclamant la communion sous les deux espèces, ils prirent les armes, en 1419, contre l'empereur Sigismond, pillèrent les monastères et les églises et massacrèrent les prêtres et les moines. Ils se partagèrent en deux sectes, celle des calixtins et celle des taborites. Ces derniers, ainsi appelés de la forteresse de Tabor, qu'ils bâtirent en Bohème, furent, sous leur chef Zizka et son lieutenant Nicolas de Hussinecz, qui déflit les Impériaux en 1420, les plus violents des Hussites. 

Les calixtins, ainsi appelés du latin calix, parce qu'ils demandaient l'usage du calice, dans la communion pour les laïques, et nommés aussi utraquistes; à causé de leur prétention à la communion sous l'une et l'autre espèce, sub ultraque; étaient les Hussites modérés et admettaient toute la doctrine de l'Eglise catholique, se bornant à demander la communion sous les deux espèces. Ils voulaient la paix d'ailleurs, et ils offrirent, pour l'obtenir, la couronne de Bohème à Vladislas, roi de Pologne, puis à Vitold, grand-duc de Lituanie, et enfin à son neveu Koribut. Mais le fanatique Zizka et les taborites, qui n'aspiraient qu'à la ruine de l'Eglise et de l'ordre social chrétien, refusèrent leur consentement à ces choix. 

Zizka, quoique devenu aveugle, battit les Impériaux à Deutschbrod en 1422. Après sa mort, en 1424, les taborites reconnurent pour chef Procope, qui força Koribut à renoncer en 1427 au trône de Bohème, où il avait été appelé, remporta sur les croisés allemands les victoires de 'Miess et de Tachau en 1431, et dévasta les pays voisins. Cependant un concordat, appelé Compactata de Prague, fut conclu, en 1433, entre les calixtins et une députation envoyée à Prague par le concile de Bâle, et les taborites furent vaincus, en 1434, à Boehmischbrod par les Calixtins réunis aux catholiques.

La majeure partie des Hussites se soumit à l'Eglise catholique et reconnut l'empereur Sigismond roi de Bohème. Mais un prêtre ambitieux, Jean de Rokitzan, qui avait été l'organe des calixtins au concile de Bâle, troubla cette paix par dépit de n'avoir pas obtenu l'archevêché de Prague, qu'il convoitait, et fut favorisé dans sa révolte contre l'Eglise par George de Podiébrad, devenu roi de Bohème. Les restes des Hussites se fondirent parmi les protestants et donnèrent naissance à la secte des frères de Bohème ou Frères moraves.

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.