.
-

Azov

Azov ou Azof est une ville de Russie (oblast de Rostov) est située sur la rive gauche du Don, à 32 kilomètres de son embouchure dans la mer d'Azov; 82 000 habitants. C'est l'un des ports de la mer d'Azov; mais son trafic, contrarié par les ensablements perpétuels du Don, est peu important. Les principales industries des habitants sont la pêche et le transport du blé.

Cette bourgade a remplacé l'ancienne ville grecque de Tanaïs  (du nom donné au fleuve Don, sur le site de l'actuel  village de Nedvigovka) qui faisait partie du royaume du Bosphore, et qui était, suivant Strabon, la grand marché des Barbares d'Europe et d'Asie. Au XIe siècle, elle fut occupée par les Polovtses et l'on suppose qu'elle doit son nom actuel à un prince polovtse qui se serait appelé Asoufa. Au XIIIe siècle, elle appartint aux Génois qui en firent un de leurs comptoirs et la connurent sous le nom de Tana; au XIVe siècle elle fut détruite par Tamerlan (1392), puis restaurée par les Génois, enfin, en 1471, occupée par les Turcs qui l'appelèrent Azak. Elle devint une forteresse turque fort gênante pour les Cosaques dont elle arrêtait les incursions sur le Don et avec lesquels elle était en guerre continuelle. 

En 1637, les Cosaques réussirent à s'emparer d'Azov et en firent un port libre. Bientôt leurs bâtiments légers se répandirent sur la mer Noire et ravagèrent les côtes de l'Asie Mineure. En 1643, ils durent évacuer la ville qui fut reprise par les Turcs. En 1695, Pierre le Grand marcha avec quarante mille hommes contre Azov que les Turcs avaient entourée de puissantes fortifications. II fut repoussé. L'année suivante eut lieu une nouvelle expédition : soixante-dix mille Russes étaient commandés par Schein, Gordon, Golovine et Régimont; une flottille, construite pendant l'hiver à Voronej, était sous les ordres de Lefort. Azov succomba le 19 juillet 1696. Les Turcs essayèrent en vain de la reprendre; le traité de 1701 la laissa définitivement à la Russie. 

Azov fut érigé par Pierre le Grand en entrepôt; une foire y fut établie; l'empereur, pour la peupler, en fit le lieu de relégation des faillis. La campagne malheureuse du Prut l'obligea à restituer la ville aux Ottomans (1711). Elle fut reprise par les Russes en 1736 et cédée définitivement par le traité de Belgrade; mais les fortifications durent être rasées. En 1775 elle devint le chef-lieu d'un gouvernement qui a été supprimé quelque temps plus tard.  Azov a décliné avec l'importance prise par sa voisine  Rostov-sur-le-Don. (L. Léger).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2009. - Reproduction interdite.