.
-

Dictateur. - C'était, dans les temps les plus anciens, le nom du magistrat suprême de la confédération des villes du Latium, et ce titre se perpétua dans ces villes sous la domination de Rome. Dans la république romaine, le Dictateur était aussi un magistrat auquel on confiait l'autorité suprême, mais pour six mois seulement, et quand l'État était menacé intérieurement ou extérieurement d'un danger extraordinaire. 

Le Dictateur était nommé par l'un des deux consuls que le sénat investissait de ce droit; il était précédé de vingt-quatre licteurs lorsqu'il paraissait en public, et toutes les magistratures, à l'exception du tribunat, étaient suspendues pendant la durée de ses fonctions; il se choisissait un lieutenant sous le titre de maître de la cavalerie, magister equitum. Mais l'emploi qu'il faisait des deniers publics était soumis à la surveillance du sénat, et il ne lui était pas permis de sortir de l'Italie. Après sa dictature, il pouvait même être tenu de rendre compte de son administration. Cette magistrature date, nous apprend Tite-Live, de l'an 257 de Rome, 497 ans av. J. C., et Titus Lartius Flavus en fut revêtu le premier. 

Réservée d'abord aux patriciens, elle devint accessible aux plébéiens à partir de 356 av. J. C. Sylla et César la dénaturèrent en se faisant nommer Dictateurs perpétuels, et elle fut abolie par Antoine, après la mort de César, en 44.

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.