.
-

Maison de Nevers

Les comtes, puis ducs de Nevers remontent à Othon-Guillaume, fils d'Adalbert, roi d'Italie, qui fut pourvu du comté de Nevers vers 987 par Henri le Grand, duc de Bourgogne, deuxième mari de sa mère; il eut pour successeur son gendre Landri, 992-1038, dont la postérité, après avoir réuni les comtés d'Auxerre et de Tonnerre à celui de Nevers, s'éteignit dans la ligne masculine en 1180. Agnès, dernière héritière du comté de Nevers, épousa, en 1184, Pierre de Courtenay, plus tard empereur de Constantinople. Leur fille Mahaut, 1192-1241, épousa Hervé de Donzy, et en eut Agnès, qui porta en dot le comté de Nevers à son mari Gautier de Châtillon, 1241-1250; Mahaut II, 1250-1262; nièce de Gautier, épousa Eudes de Bourgogne, et leur fille Yolande, 1262-1280, épousa successivement Jean Tristan, fils de saint Louis et Robert III, comte de Flandre, dont elle eut Louis ler, son successeur, 1280-1322. Sous Louis III, petit-fils de Louis ler, Nevers fut érigé en comté-pairie en 1347. Marguerite, 1384-1404, fille unique de Louis III, épousa successivement Philippe de Rouvres et Philippe le Hardi, ducs de Bourgogne. Elle eut de ce dernier, son successeur, Philippe II, 14041415. Elisabeth, dernière héritière de cette branche de la maison de Bourgogne, épousa Jean de Clèves, et en eut Engilbert de Clèves, comte de Nevers de 1491 à 1506. 

Le comté de Nevers fut érigé en duché par François Ier en 1538, en faveur de François Ier, de Clèves, petit-fils d'Engilbert. Henriette de Clèves, héritière du duché de Nevers en 1564, épousa en 1565 Louis de Gonzague, fils de Frédéric II, duc de Mantoue. Charles Il, duc de Nevers, 1601-16037, devint en 1627 la souche des ducs de Mantoue, éteints en 1708. Charles III, arrière-petit-fils de Louis de Gonzague, vendit le duché de Nevers en 1659 au cardinal Mazarin, qui le laissa à son neveu Philippe-Julien Mancini. Celui-ci prit le titre de duc de Nivernois, eut pour successeur, en 1707, son petit-fils, Philippe-Jules-François, 1709-1798, père du dernier duc de Nivernois, L. J. B. Mancini, né en 1716, membre de l'Académie française et de l'Académie des Inscriptions, ambassadeur de France à Rome de 1748 à 1752, puis à Berlin en 1755 et à Londres, où il négocia la paix après la guerre de Sept Ans; il fut emprisonné en 1793 et mourut on 1798. II a publié lui-même ses Oeuvres, toutes fort médiocres, 8-vol. in-8°, 1790, et François de Neufchâteau a publié ses Oeuvres posthumes, 2 vol. in-8°, 1807.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2010. - Reproduction interdite.