.
-

Lacaze / La Caze

Lacaze (Louis de). - Médecin né à Lambeye (Béarn) en 1703, mort à Paris en 1765. Parent et ami de Bordeu, il devint médecin ordinaire de Louis XV. Il a par ses ouvrages, imbus des idées de Van Helmont et de Baglivi, exercé une grande influence sur les idées physiologiques en France : Institutiones medicae ex novo medicinae conspectu (Paris, 1755, in-8); Idée de l'homme physique et moral, etc. (Paris, 1755, in-12). Dans le système de Lacaze, tout l'organisme est subordonné au centre phrénique. (Dr L. Hn).
Lacaze (Louis). - Médecin et philanthrope né en 1799, mort en 1869. Après avoir exercé la médecine à Paris jusqu'en 1852, il passa le reste de sa vie à former et enrichir une belle collection de tableaux et la légua au musée du Louvre, ou elle porte son nom. Il a aussi laissé des sommes importantes à l'Académie des sciences pour favoriser les progrès de la physiologie, de la physique, de la chimie, et à l'École de médecine de Paris pour encourager les études relatives à la fièvre typhoïde et à la phtisie.


Collectif, La collection La Caze : chefs d'oeuvre des peintures du XVIIe et XVIIIe siècles, Hazan, 2007. 
9782754101783
Médecin, collectionneur, peintre, donateur particulièrement généreux et désintéressé, Louis La Caze (1798-1869) est un personnage attachant, une figure originale, un homme doué qui, par son goût novateur et audacieux favorisera la redécouverte du XVIIIe siècle français sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire). Sa volonté de faire partager sa passion contribuera à faire connaître au public en général, mais aussi à des peintres et des professionnels de l'art en particulier une peinture délaissée au XIXe siècle (par exemple l'école espagnole). L'impact de sa collection, d'une ampleur considérable (584 oeuvres offertes au pays) et d'un éclectisme audacieux et très novateur sera considérable sur le public du XIXe siècle. Citons seulement quelques oeuvres-phares qui ont assuré la renommée de l'ensemble : La Bethsabée de Rembrandt, Le Gilles de Watteau, La Brioche de Chardin, Les Baigneuses de Fragonard... Nombre de ces chefs-d'oeuvre influenceront même des peintres comme Manet ou Vuillard qui leur rendront une sorte d'hommage.

La latitude que Louis La Caze a laissée aux conservateurs du Louvre dans son testament quant à la gestion de cet énorme legs confirme le caractère humble et désintéressé de cet homme dont l'ambition était avant tout de donner un sens à sa collection en veillant à ce que ses oeuvres soient vues. Ce généreux donateur est devenu lui-même aux yeux de la postérité une figure de légende, aimable solitaire à la discrète philanthropie.
L'ouvrage s'attache d'abord à cerner la personnalité du médecin passionné de peinture, le marché de l'art et le milieu des amateurs entre 1820 et 1870 au sein duquel il constitue sa collection ainsi que les circonstances dans lesquelles interviendra la donation. Une seconde partie est consacrée au goût du collectionneur et à l'influence qu'il exerça sur les milieux culturels de son temps.

Cet ouvrage se présente sur deux supports : - le catalogue exhaustif des peintures léguées par Louis La Caze (584 notices) sur CDROM - un volume rassemblant divers essais consacrés à l'étude du personnage, de son goût et du milieu culturel dans lequel il évolua. (couv.).

Lacaze (Louis-Jacques). - Homme politique français, né à Paris le 20 janvier 1826, neveu du précédent. Auditeur au conseil d'Etat en 1850, il donna sa démission en 1852, combattit longtemps l'Empire. Il fut envoyé par le département des Basses-Pyrénées [Pyrénées-Atlantiques] à l'Assemblée nationale de 1871, où il passa du centre droit au centre gauche et contribua à l'établissement de la République. Député d'Oloron en 1876, il fit partie des 363 pendant la crise du 16 mai, fut réélu le 14 octobre 1877, puis le 21 août 1881, et s'associa constamment à la politique du parti républicain modéré. II a eu la même attitude au Sénat, où il a représenté les Basses-Pyrènées du 8 janvier 1882 au 4 janvier 1891. (A. Debidour).
Lacaze-Duthiers (Félix-Joseph-Henry de). - Zoologiste né à Montpezat (Lot-et-Garonne) le 15 mai 1821. Il étudia la médecine à Paris et fut interne des hôpitaux. Nommé professeur de zoologie à la faculté des sciences de Lille en 1854, il fut chargé en 1862 d'une mission dans la Méditerranée et publia à la suite une monographie remarquable : Histoire naturelle du corail (Paris, 1863, in-8°, 20 pl.). Maître de conférences à l'École normale supérieure en 1864, il succéda en 1865 à Valenciennes comme professeur d'histoire naturelle au Muséum, et en 1868 passa à la même chaire à la Sorbonne. Il remplaça en 1871 Longet à l'Académie des sciences, fit de nombreux sondages zoologiques sur les côtes de France et d'Algérie en 1872 et établit en 1873 un laboratoire zoologique d'été à Roscoff et peu après un plus important à Banyuls. II a été élu membre de l'Académie de médecine en 1886.

Principales publications : Histoire de l'organisation et du développement... du dentale (Paris, 1858, in-4; 14 pl.); le Monde de la mer et ses laboratoires (Paris, 1889,: in-8). Il a fondé en 1873 et a rédigé à partir de cette date les Archives de zoologie expérimentale qui renferment maint travail remarquable de lui. (Dr L. Hn)

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.