.
-

Cronos

Cronos ou Kronos, personnage de la mythologie grecque. Il était, selon Hésiode, le fils puîné d'Ouranos (le Ciel) et de Gaïa (la Terre), et épousa sa sœur Rhéa. Titan, son frère aîné, lui céda le trône, mais en le réservant après lui à ses fils, les Titans, et en exigeant que Cronos dévorât ses enfants mâles dès leur naissance. Cronos, exécutant fidèlement le traité, dévora Héphaïstos et Poséidon; mais Rhéa le trompa lors de la naissance de Zeus, en substituant au nouveau-né une pierre, que Cronos engloutit aussitôt; elle sut même, à l'aide d'un puissant breuvage, tirer de ses entrailles et rendre à la vie Poséidon et Héphaïstos. 

Titan, instruit de l'existence des trois enfants, détrôna Cronos et le jeta dans une prison. Zeus, resté libre, vengea son père, battit les Titans, et remit le captif sur le trône. Mais bientôt Cronos devint jaloux de son propre fils, et lui tendit des pièges. Alors Zeus prit les armes contre lui et le chassa du ciel. Pendant son séjour sur la Terre, Cronos prit la forme d'un cheval pour plaire à la nymphe Philyre, qui eut de lui le centaure Chiron, moitié homme, moitié cheval. Il fut relégué dans le Tartare.
-

Goya : Saturne dévorant un de ses enfants.
Cronos dévorant un de ses enfants, par Francisco Goya.
(Musée du Prado, Madrid).

Une autre version relègue Cronos dans l'île des Bienheureux, avec Rhadamante. Cronos ne figure guère que dans les mythes théogoniques; pourtant il avait un temple à Athènes au pied de l'Acropole. L'art s'en est peu occupé; on le figura en vieillard, parfois une harpe à la main. Les Romains l'identifièrent à leur Saturne.

Les mythologues ont débattu sur l'interprétation de ce personnage divin. Il semble bien que, comme les Titans, il soit un produit de l'imagination philosophique s'exerçant à fabriquer des généalogies célestes, des théogonies. Mais plusieurs ont soutenu que la succession mythique de Cronos et de Zeus répond à un fait historique, la succession de deux religions différentes et peut-être de deux peuples. En dernier lieu Hoffmann (Mythen aus der Wanderzeit der groekoitalisichen Stoemmae, 1876) a développé cette théorie. En revanche, on admet généralement que l'idée de faire de Cronos un dieu du temps (Chronos) repose sur une confusion et une sorte de calembour. (A19).
-

Mutilation d'Ouranos par Cronos.
La mutilation d'Ouranos par Cronos, d'après Vasari (Florence, Palazzo Vecchio).
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.