.
-

Colombe

Colombe. - Cet oiseau fut, pour les Assyriens et les Babyloniens, la représentation de la reine Sémiramis, qui en avait pris la forme, disaient-ils, pour disparaître de la terre. Les femmes juives, quand elles allaient au Temple après leurs couches, devaient offrir à Dieu un agneau et une colombe. Des colombes nourrirent Zeus, selon la mythologie grecque; d'autres rendirent des oracles à Dodone et en Lybie. La colombe était l'oiseau favori d'Aphrodite
La constellation de la Colombe sera introduite par Bayer en 1603 sur les cartes célestes en référence à ce mythe. Les Grecs n'avaient pas pensé pour leur part à placer cet oiseau parmi les astres. Bien qu'ils aient placé l'aigle, oiseau de Zeus et le corbeau, celui d'Apollon, au rang des constellations. La colombe, qui était pourtant l'oiseau d'Aphrodite a dû laisser sa place à des… poissons.
Devenue symbole de pureté chez les Chrétiens qui l'identifient au saint-Esprit, c'était elle déjà qui, dans la Bible, apporte un rameau d'olivier à Noé à la fin du Déluge. Par ailleurs, les Chrétiens en ont choisi la forme pour représenter le St Esprit. Voilà pourquoi les Russes se sont longtemps fait scrupule de manger la chair des colombes, qu'ils regardaient comme sacrées. Autrefois, à la messe de canonisation, on offrait des colombes, comme une image de la pureté du saint. Dans l'iconographie chrétienne, deux colombes qui boivent dans un calice rappellent les vertus qu'il faut acquérir pour recevoir la Communion. La colombe est donnée comme attribut à St Ambroise, Grégoire le Grand, Hilaire d'Arles, St Remi, St Célestin, Ste Eulalie, Ste Scolastique, etc. Les Luthériens, tout iconoclastes qu'ils soient, ont admis la figure de la colombe dans leurs baptistères et au-dessus de la chaire de leurs prédicants. (B.).


Autrefois on donnait le nom de colombe à un vase en métal qui avait la forme de cet oiseau, et où l'on renfermait la réserve eucharistique, pour la suspendre au-dessous et au milieu du ciborium [1]. Le musée d'Amiens possède une de ces colombes du XIIe siècle, en cuivre émaillé. On plaçait des colombes de ce genre au-dessus des tombeaux et dans les baptistères; mais elles ne contenaient rien, et avaient seulement une signification symbolique. On fit aussi des reliquaires en forme de colombes.
[1] Dans l'église primitive, on donnait le nom de ciborium au baldaquin de l'autel auquel était suspendu le vase contenant la réserve eucharistique.
.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.