.
-

Salammbô, roman publié par Gustave Flaubert en 1862, cinq ans après Madame Bovary. Au roman de moeurs bourgeoises l'auteur faisait succéder le roman historique et archéologique; mais il demeurait; aussi nettement réaliste. Le sujet est emprunté à l'histoire de Carthage : c'est le tableau de la guerre des mercenaires qui suivit la Première guerre punique et que Polybe appelle la guerre inexpiable

Mécontents de la république, les mercenaires se révoltent, sous le commandement du Libyen Mathô, du Grec Spendius et du Numide Narr' Havas. Ils assiègent Carthage. Mathô, géant superbe et grossier, et Narr' Havas, figure louche et perfide, aiment tous deux la belle Salammbô, fille d'Hamilcar, jeune prêtresse de Tanit (La Religion phénicienne), aperçue sur les terrasses du jardin. Mathô pénètre par surprise dans la ville et enlève le zaïmph, voile mystérieux de Tanit, dont Salammbô avait la garde. Dès lors, la fortune de Carthage chancelle : le grand prêtre ordonne à Salammbô d'aller redemander le voile au ravisseur; elle va trouver Mathô sous sa tente, et, nouvelle Judith, mais Judith amoureuse et virginale, elle se livre au Libyen pour ravoir l'objet sacré. Les mercenaires sont vaincus : le barbare Mathô est envoyé au supplice, et la voluptueuse fille d'Hamilcar meurt de douleur à la vue de son amant. 

L'ouvrage est une pure merveille d'archéologie et d'écriture. Bien que les érudits aient cherché querelle à Flaubert sur quelques points, l'évocation de l'antique Carthage est d'une vérité et d'une vie intenses. Si la psychologie des personnages est sommaire, du moins le style est admirable de relief, de couleur et d'énergie dramatique. Certaines pages du livre (le banquet des mercenaires, l'apparition de Salammbô en haut des terrasses, l'enlèvement du voile, le rendez-vous sous la tente, l'épisode des lions crucifiés, etc.) comptent parmi les plus parfaites de la littérature française. (NLI).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.