.
-

Annales
On donne le nom d'annales des livres où les événements sont relatés année par année. Tacite entendait par là le récit des faits que l'écrivain n'a pas vus, et c'est pour ce motif qu'il intitula Annales la première partie de son ouvrage, celle où il parlait des temps qui l'avaient précédé, et qu'il donna le nom d'Histoires aux récits des événements contemporains. Cette distinction n'a pas été adoptée.

L'annaliste enregistre brièvement les faits, en se préoccupant uniquement de l'exactitude et de l'ordre chronologique; l'historien groupe ces faits, en montre l'enchaînement, apprécie les personnes et les choses, et de la science du passé tâche de faire l'enseignement de l'avenir. Les annales précèdent l'histoire et lui servent de documents. 

Beaucoup de sociétés anciennes ont eu des annales. Celles des Chinois, appelées semacouang, remontent au règne du légendaire Fo-hi, supposé avoir régné vers l'an 3330 av. J.-C., mais n'offrent pas de certitude. Les Incas, qui ne connaissaient pas l'écriture, notaient les faits de leur histoire au moyen de cordelettes nouées (quipus); les Aztèques se servaient de plumes de différentes couleurs, figurant de véritables tableaux. Les prêtres de l'ancienne Égypte écrivirent des annales, qui furent consultées par Hérodote et Diodore de Sicile. Les Chaldéens inscrivaient sur des briques cuites leurs observations astronomiques. Les marbres dits d'Arundel ou de Paros contenaient les annales des Athéniens

A Rome, les souverains pontifes rédigèrent les Grandes Annales, depuis le commencement de la république jusqu'au pontificat de P. Mucius Scaevola (l'an 621 de la ville, 132 av. J.-C.). C'étaient des documents très incomplets; on n'y inscrivait guère que les éclipses, les prétendus prodiges, l'état des marchés, etc. Les Grandes Annales, écrites sur des tables de bois, et exposées sur le mur extérieur de la maison du grand pontife, étaient sans doute les mêmes que les Commentaires des pontifes dont parle Tite-Live. Leur destruction lors de l'incendie de Rome par les Gaulois (390 av. J.-C.) est une des principales causes de l'incertitude de l'histoire primitive de cette ville. 

Les moines du Moyen âge nous ont transmis beaucoup d'annales, le plus souvent arides et semblables à des sommaires chronologiques. Ces annales portent, en général, le nom des villes ou couvents où elles furent écrites : Annales de Metz, Annales de Saint-Bertin, etc.

Aujourd'hui, le titre d'Annales est appliqué à certains recueils périodiques où l'on enregistre chronologiquement les faits qui intéressent un art ou une science; par exemple, les Annales de physique et de chimie, les Annales des mines, etc. (B.).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.