.
-

Caribert II

Caribert II, Aribert, ou Aripert est un roi d'Aquitaine, né en 606 ou 607, fils de Clotaire II, frère cadet de Dagobert I. Contrairement à l'usage franc, le royaume de Clotaire ne fut pas partagé entre ses fils; Dagobert s'en rendit seul maître et se fit reconnaître roi par la Burgundie, la Neustrie

D'après la chronique attribuée à Frédégaire, Caribert se serait efforcé d'obtenir le pouvoir, mais il aurait eu contre lui sa trop grande simplicité d'esprit. Il avait pour soutien son oncle maternel Brodulf, dont Dagobert s'empara plus tard et qu'il fit mettre à mort. Il est vraisemblable que Caribert trouva les esprits mieux disposés dans le Midi où existaient des tendances à l'autonomie. Toujours est-il que Dagobert, « par pitié et sur le conseil d'hommes sages », dit le chroniqueur, jugea bon de lui faire des concessions. D'après le seul texte que nous possédions à ce sujet, il lui accorda les territoires (pagi) de Toulouse, Cahors, Agen, Périgueux, Saintes et tout le pays plus au Sud jusqu'aux Pyrénées

Un passage obscur de la chronique dite de Frédégaire semble indiquer deux mesures successives : Caribert aurait d'abord obtenu ces territoires pour en jouir en simple particulier, puis il aurait été reconnu comme roi d'Aquitaine avec Toulouse comme capitale. D'après une hypothèse de Perroud, la première concession aurait même pu avoir lieu sous le règne de Clotaire. 

Le royaume de Caribert comprit, outre les cinq territoires déjà indiqués, la Vasconie, qu'il soumit à la tête d'une armée; peut-être, d'après le témoignage de la numismatique, l'Albigeois, le Rouergue et le Gévaudan. L'entente ne régna guère entre Dagobert et Caribert. Pépin, maire d'Austrasie, mal vu par Dagobert, alla trouver Caribert, emmenant avec lui un jeune entant de Dagobert. On se réconcilia; Caribert fut le parrain de Sigebert à Orléans

Le roi d'Aquitaine mourut dès 630; son jeune fils Chilpéric fut tué, dit-on, par les partisans de Dagobert qui s'empara de son royaume et de la Vasconie. Le duc Barontus, chargé d'apporter au roi le trésor de Caribert, se l'appropria. 

Au souvenir de Caribert se rattache la fameuse charte d'Alaon, dont l'inauthenticité ne fait plus de doute et qui a été fabriquée en Espagne dans la première moitié du XVIIe siècle, pour relier les premiers rois d'Aragon aux Mérovingiens d'Aquitaine. Ce document apocryphe donne pour femme à Caribert, un personnage d'invention, Gisèle, fille d'Amand, duc de Gascogne, petite-tille de Serenus, duc d'Aquitaine, et lui attribue trois fils, dont deux, Boggis et Bertrand, ne sont connus par aucun autre texte. (C. Bayet).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2012. - Reproduction interdite.