.
-

Amphitryon, comédie de Plaute. Avoir vu ou lu l'Amphitryon de Molière, c'est connaître celui de Plaute, que le grand comique a imité, mais en surpassant l'auteur latin. La pièce de Plaute était si estimée des Romains, que, sous Dioclétien, on la faisait encore jouer dans les calamités publiques pour apaiser Jupiter. Rotrou l'a imitée en vers français, et c'est dans sa pièce que l'on trouve ce vers :
Foin d'un amphitryon où l'on ne dîne pas!
Amphitryon, comédie de Molière en trois actes et on vers libres (2 Janvier 1603). - Pendant qu'Amphitryon, général des Thébains, est allé combattre les ennemis, Jupiter, épris d'Alcmène, épouse d'Amphitryon, prend la forme de celui-ci et trompe Alcmène à la faveur de cette métamorphose. Il s'est fait accompagner dans cette expédition de son fidèle Mercure, qui lui-même a pris les traits de Sosie, valet d'Amphitryon. De là les méprises les plus réjouissantes.

Dès la première scène, Sosie, envoyé par son maître, aperçoit sous ses propres traits Mercure, qui, non content de lui voler sa figure, lui vole son nom et le roue de coups de bâton. Amphitryon, à son retour, n'est pas moins étonné d'apprendre, de la bouche d'Alcmène elle-même, qu'il a eu la nuit précédente un rival reçu par son épouse comme le véritable Amphitryon. Enfin, les deux Amphitryon se trouvent en présence, et le Thébain, en vouant son image si parfaite, entre dans une colère très légitime, mais que ses amis refusent de partager, dans l'impossibilité ou ils se trouvent de distinguer le vrai du faux Amphitryon. Jupiter annonce qu'il va bientôt éclaircir ce mystère aux yeux de tous les chefs, qu'il invite en même temps à un festin; et Sosie de crier :

Je ne me trompais pas, messieurs, ce mot termine Toute l'irrésolution;
Le véritable Amphitryon
Est l'Amphitryon où l'on dire.


Enfin, Jupiter disparaît, emporté par un nuage.

On a prétendu que Amphitryon était une allusion transparente aux amours de Louis XIV avec Mme de Montespan, et le but de la pièce aurait été de prouver que, quand il s'agit d'un dieu ou d'un monarque, on ne doit avoir cure de la fidélité conjugale. Mais c'est là faire une injure gratuite au génie de Molière.

Parmi les vers de l'Amphitryon qui sont restés dans la mémoire de tous, les deux derniers que nous venons de citer ont passé en proverbe, et, dans l'application, ils servent à exprimer ce sentiment d'égoïsme et d'intérêt qui pousse à encenser la force et la puissance. (NLI).

.


Dictionnaire Le monde des textes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.