.
-

L'avare

L'Avare, comédie de Molière, en cinq actes et en prose (9 septembre 1668). - Harpagon, avare fieffé, est un gros bourgeois obligé de tenir un certain train de maison, ayant un intendant, Valère; un valet, La Flèche, spécialement attaché à la personne de son fils, Cléante; deux laquais, Brindavoine et La Merluche; un cocher-cuisinier, le fameux maître Jacques; une fille de chambre, dame Claude; un carrosse, deux chevaux, etc. Il est vrai que l'intendant ne le sort que pour les beaux yeux de sa fille Elise; que les vêtements des laquais tombent en loques, que les chevaux, exténués de privations, sont incapables de tirer le carrosse. Quant à lui, il augmente ses revenus en prêtant à un taux extraordinairement usuraire, par l'intermédiaire de courtiers, et un remboursement de dix mille écus, qui vient de lui être fait, lui cause bien des tourments; car, n'ayant aucune confiance dans les coffres-forts, il a enfoui la cassette dans son jardin et a toujours peur qu'on la lui vole. 

Sa parcimonie est telle qu'il veut marier sa fille avec un vieux bonhomme comme lui, le voisin Anselme, qui la prendra sans dot (expression devenue proverbiale), et que son fils, qui aime une jeune fille pauvre, Marianne, et voudrait lui faire quelques cadeaux, est obligé d'avoir recours aux usuriers. Un courtier, maître Simon, trouve à Cléante un prêteur qui, pour un billet de 15000 livres, offre 12000 livres comptant à 25% d'intérêt, et le reste en bahuts, tapisseries, armes hors d'usage, etc., jusqu'à un crocodile empaillé. Cléante se résigne, il lui faut de l'argent à tout prix; mais, quand l'emprunteur et le prêteur sont mis en présence, c'est le père et le fils; d'où une scène du plus haut comique, merveilleuse d'antithèses à la fois plaisantes et dramatiques. La scène est classique, comme tout l'ouvrage.

Une autre complication naît de ce que Harpagon, sur les conseils d'une fine mouche, Frosine, veut épouser Marianne. Il se propose de faire atteler les chevaux au carrosse pour conduire à la foire Marianne et sa mère, et de leur offrir au retour un souper. Il faut que maître Jacques se distingue, et celui-ci dresse aussitôt le menu quatre potages, cinq assiettes, entrées, entremets... Harpagon crie comme si on l'écorchait, et Valère vient à son secours en déclarant que de tels repas, de l'avis des médecins, sont fort nuisibles à la santé; qu'il faut manger pour vivre, et non vivre pour manger, belles paroles que l'avare se promet de faire graver en lettres d'or. Pour savoir au juste quels sont les sentiments de son fils pour Marianne, il use du même stratagème que Mithridate avec Monime dans la tragédie de Racine : il feint de consentir à leur union. Cléante tombe dans le piège et, quand il a tout raconté : leurs discrètes entrevues, l'échange de leurs serments, Harpagon jette le masque et lui ordonne de renoncer à Marianne, qu'il se réserve pour lui-même. Il y a alors entre le père et le fils une scène très vive : la comédie tourne presque au drame. Mais voici que La Flèche a déterré la cassette d'Harpagon et la vient confier à Cléante. 
-

Harpagon.
Harpagon.

Tout aussitôt, Harpagon s'aperçoit du vol; et, après avoir exhalé son désespoir dans un monologue resté célèbre, il fait venir un commissaire pour procéder à une enquête et mettre au besoin tous ses gens à la torture. Interrogé, maître Jacques fait tomber les soupçons sur Valère, l'intendant, et celui-ci, qui n'a pas la conscience bien nette, car le matin même il a échangé avec Elise une promesse de mariage, entendant parler de bien dérobé, de trésor enlevé, croit qu'il s'agit de la fille d'Harpagon et confesse son crime; le quiproquo ne s'éclaircit que lorsqu'il parle des beaux yeux du trésor qu'il convoite : - Les beaux yeux de ma cassette! s'écrie Harpagon. Tout s'explique bientôt et, d'autre part, Anselme que Harpagon voulait faire épouser à Elise, reconnaît dans Valère et dans Marianne ses deux enfants, qui lui ont été enlevés en bas âge. Il renonce à Elise en faveur de son fils, et Harpagon est trop content de retrouver sa cassette en consentant au mariage de Marianne et de Cléante.

L'Avare est un drame tragique sous la forme la plus bouffonne. Molière y raille, non comme l'ont prétendu certains critiques, la famille, la vieillesse, l'autorité paternelle, mais les travers et les vices qui peuvent rendre la famille ridicule, la vieillesse odieuse, l'autorité paternelle abusive. Molière a emprunté quelques scènes à l'Aulularia de Plaute; à la Belle Plaideuse de Boisrobert la rencontre du père usurier et du fils emprunteur; aux Suppositi de l'Arioste les reconnaissances du dénouement; mais il a fait un tout qui est sien, et ce tout est un chef-d'oeuvre qui à juste, titre est devenu classique. (NLI).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.