.
-

Alava

L'Alava est une des provinces basques de l'Espagne; chef-lieu : Vitoria-Gasteiz  (Vitoria). Elle forme une sorte de triangle de 3044 km² entre l'Ebre et le versant méridional des Pyrénées. Sa partie centrale est formée par le fond desséché d'un lac : c'est la fameuse vallée La Concha d'Alava, de 28 km de long sur 15 de large, formée par les deux chaînes de San Adrian et de Badaya. Ce lac était situé à 486 m au-dessus du niveau de la mer Cantabrique; ses eaux se sont écoulées par la vallée de l'Ebre. Aujourd'hui, des cultures et des habitations ont remplacé le lac et les marais. 

La province d'Alava est bornée au Nord par la province de Biscaye, à l'Est par la Navarre, au Sud par la province de Logroño et vers l'Ouest par celle de Burgos.

L'Alava est une contrée montagneuse, elle n'est guère fertile que dans la partie arrosée par l'Ebre et qui porte le nom de Rioja Alaveza. La partie montagneuse est sauvage, d'un accès difficile; la route de Vitoria à Bayonne passe par le col du Puerto de Arlaban. Cette partie possède en grande quantité des mines de fer, de cuivre et d'antimoine, de belles carrières de marbres variés, de pierres calcaires et de pierres à plate, des couches de houille et enfin des sources minérales et thermales en grande réputation dans la contrée.

Histoire.
L'Alava, comme les autres provinces basques, a d'abord relevé, sous la monarchie des Goths, des ducs de Cantabrie. Lors de l'invasion de la péninsule par les Arabes, ces provinces furent les seules qui ne furent pas conquises; jamais elles ne subirent le joug maure. C'est de cette époque que date la fameuse confédération du Campo de arriaga et c'est dans cette province qu'elle fut organisée. Chaque vallée formait une petite république dont l'isolement en eût fait bientôt une proie facile pour les conquérants, si elles ne s'étaient pas unies en une grande association; chaque année les communes situées sur les versants opposés des montagnes se juraient une amitié perpétuelle, chacune s'engageait à sacrifier « les biens et la vie » pour maintenir la patrie commune « en droit et justice ». Leurs étendards figuraient trois mains unies avec la devise : Irurak bat, « les trois n'en font qu'une ». C'est seulement en l'année 1200 que l'Alava fut réunie à la couronne de Castille, mais tout en conservant son organisation intérieure et ses libertés locales (fueros). L'organisation territoriale de l'Alava telle qu'elle a existé jusqu'au XXe siècle pour l'administration intérieure datait de 1417. (GE).

L'Alava ou Alavi est un royaume de l'Inde ancienne. Les livres bouddhiques placent la ville à 30 yodjanas (environ 135 milles anglais ou 241 kilomètres) de Srâvasti. Le bouddha Sâkyamouni y aurait passé la seizième année de sa carrière de prédicateur, la cinquante et unième de sa vie. C'est du nom de cette ville qu'est formé celui du yakcha Alavaka et de la religieuse Alavikâ. (L. Feer).
.


Dictionnaire Territoires et lieux d'Histoire
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2017. - Reproduction interdite.