.
-

L'Impromptu de Versailles, comédie en un acte et en prose, de Molière (1663).- Molière y répond, sur l'ordre du roi, aux attaques jalouses suscitées par le succès de l'Ecole des Femmes (1662) et auxquelles la Critique de l'école des Femmes (1663) n'avait pas imposé silence. L'auteur se représente faisant répéter à la hâte un impromptu à ses comédiens. Il prend directement à partie Boursault, autour du Portrait du peintre; il attaque les comédiens de la troupe de l'hôtel de Bourgogne, en particulier Montfleury, dont il raille l'obésité et la diction emphatique. Enfin, il proteste contre les applications que la malignité se plaisait à faire de ses comédies : ses caractères ne sont pas des portraits, mais des types généraux, et « son dessein est de peindre les moeurs sans vouloir toucher aux personnes ». Montfleury jeune vengea son père en écrivant L'Impromptu de l'hôtel de Condé, et de Visé (aidé sans doute de Villiers) fit jouer la Vengeance des marquis. Ces deux pièces, sortant du domaine littéraire, attaquaient odieusement la vie privée du grand comédien. (NLI).
.


Dictionnaire Le monde des textes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.