.
-

Les langues > Iangues austriques > langues polynésiennes
La langue tahitienne
Le tahitien, parlé dans les îles de la Société, est une langue polynésienne (les langues austriques), proche du marquésan et de la langue de l'île de Pâques (Rapa Nui). Toutes les consonnes aigres et sifflantes en sont bannies, parce que tous les mots finissent par une voyelle, ce qui les adoucit extrêmement. Il faut une oreille délicate pour distinguer les modifications nombreuses des voyelles qui donnent une grande délicatesse dans l'expression. L'o et l'e sont les articles mis à la plus grande partie de leurs substantifs (Cook, t. 1, p. 303). La seule difficulté qui se fasse sentir, consiste dans le peu d'inflexion qu'ont les noms et les verbes. Cette langue a peu de noms qui aient plus d'un  cas, et peu de verbes qui aient plus d'un temps. Malgré cela, ils joignent à leurs paroles des gestes si expressifs, qu'un étranger peut facilement comprendre ce qu'ils disent. 

Du point de vue phonétique, le tahitien est l'une des langues les moins riches de sa famille. Les seules consonnes articulées dans le tahitien sont : b, d, f, m, n , p, r, t et v. Cela conduit à multiplier  les sons vocaux, et rend la langue difficile d'apprentissage pour un étranger, le même mot signifiant vingt choses diverses. L'accent seul caractérise ces différences. La langue tahitienne a cependant de l'éclat et de l'énergie; elle a fourni plus d'une fois aux tribuns sauvages de Papara des mouvements oratoires puissants sur une assemblée (Dumont d'Urville).

.


[Histoire culturelle][Grammaire][Littératures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.