.
-

Boscovich

Ruggiero Giuseppe Boscovich est un savant jésuite, né à Dubrovnik le 18 mai 1711, mort à Milan le 13 février 1787, fut élevé à Rome enseigna la philosophie et les mathématiques au Collège romain (1740 - 1770) et fut chargé par le pape de plusieurs missions scientifiques et diplomatiques. Il eu sans doute sa part dans la décision du pape d'abroger le décret de mise à l'Index du système de Copernic, en 1757. Il voyagea en Angleterre et en France, se mit en relation avec les savants de ces deux pays, fut admis dans leurs académies et propagea en Italie la philosophie de Newton
Boscovich conçut vers cette époque de construire un observatoire pour le Collège Romain, à partir des structures de l'église St. Ignace devant porter le dôme qui n'était pas encore achevé. Les difficultés auxquelles étaient alors confrontés les jésuites empêcha la réalisation de ce projet. Celui-ci sera mené à terme seulement à partir de 1850, par Secchi.
Après la suppression de l'ordre des Jésuites, il alla professer à Pavie, puis fut appelé à Paris comme directeur des travaux d'optique pour la marine (1773-1786); il mourut à Milan, pendant qu'il dirigeait, avec Le Maire, la mesure d'un degré du méridien. II a donné le premier, dans De Maculis solaribus (1736), une méthode géométrique pour déterminer l'équateur d'une planète par trois observations d'une de ses taches. On lui doit de très nombreux autres travaux en astronomie et en optique, consignés notamment dans : De annuis stellarum fixarum aberrationibus, Rome, 1742; De orbitus cometarum determinandis ope trium observationem parum a se invicem remotarum, Paris, 1774; et surtout dans ses Opera pertinentia ad opticam at Astronomiam maxima ex parte nova et omnia hucusque inmedita, Bassano, 5 vol. in-4,1785;

Il est en outre auteur d'une théorie de la nature, Philosophiae naturalis theoria redacta ad unicam legem virium in natura existentium, Vienne, 1758-59, dans laquelle il explique tous les phénomènes par le fait que la matière est composée de points simples, indivisibles, contigus et sans extension (ce qui les distingue des atomes) soumis à une force attractive ou répulsives selon le cas, essayant de concilier ainsi Leibniz et Newton. La répusion entre deux points infinitésimaux tend à devenir indéfiniment grande lorsque la distance des deux point diminue indéfiniment, et s'affaiblit, quand la distance s'accroît, pour se transformer ensuite en force attractive.

Boscovich fut aussi bon poète latin; on a de lui le recueil de poèmes : Carmen de Solis ac Lunae defectibus, 5 vol., Londres, 1760, Rome, 1767.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.