.
-

L'An mil

L'An mil. - Suivant une tradition répandue, l'An mil aurait marqué une époque de crise pour toutes les nations de l'Occident, qui croyaient voir alors se produire la fin du monde et le second avènement du Christ (Chiliasme). De là, aux approches de cette date, des terreurs inexprimables en Allemagne, en France, en Angleterre; de là, des donations nombreuses aux églises et aux monastères, un redoublement de piété, etc. L'An mille aurait marqué l'apogée de ce mouvement général de crainte et de ferveur, qui alla ensuite déclinant à mesure qu'on s'éloigna de la date fatale. Si tout ce que l'on a dit  à ce sujet n'est pas complètement faux, il convient de tempérer l'importance de cet effroi supposé. Les témoignages invoqués pour affirmer que le monde chrétien fut, à cette époque, littéralement en proie à une épouvante générale sont peu concluants, ou formellement contraires à cette opinion.

Il y a eu effectivement, dès le VIIe siècle, de nombreuses donations ou des testaments ayant pour cause la fin prochaine du monde; des conciles tenus à la fin du Xe siècle ont organisé la discipline ecclésiastique comme si la Terre devait durer longtemps encore; c'est le moment où Robert le Pieux se laisse excommunier pour avoir épousé sa cousine Berthe (995); les hommes se battent, tout comme avant; enfin, rien dans les bulles pontificales, les correspondances des souverains, des évêques et des moines, ne trahit l'inquiétude d'une catastrophe prochaine, à moins de ranger dans ce contexte lidée des Croisades, qui va bientôt éclater au grand jour; et les visionnaires qui, entre 950 et 1000, annoncent la fin du monde sont réfutés par Abbon de Fleury, ou dépeints comme des imposteurs, aussi bien que comme des prophètes. On ne peut certainement pas nier qu'il ait existé un peur présente dans les esprits à l'approche du millénaire, une peur qui justement a été exploitée par ces "imposteurs", et l'on ne comprendrait d'ailleurs pas pourquoi leur réfutation s'est imposée s'ils n'avaient pas rencontré d'écho dans les populations. Mais la terreur panique de l'An mil n'a donc été ni unanime, ni universelle. (NLI).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.