.
-

Toussaint / Toussaint-Louverture

François-Vincent Toussaint est connu surtout par son livre des Moeurs qui fut condamné par arrêt du parlement de Paris, à être lacéré et brûlé. Il avait été d'abord avocat, puis, s'étant fait littérateur, rédigeait pour L'Encyclopédie les articles de jurisprudence. Le livre des Moeurs  ne fut pas plutôt sorti de la presse, qu'il souleva contre lui la magistrature parisienne. 

Quoique le volume fût anonyme (ou pseudonyme, car l'épître dédicatoire est signée Panage, traduction grecque de son nom), il crut prudent de se retirer à Bruxelles, où quelque temps il rédigea sous l'influence autrichienne, la Gazette francaise, et d'où Frédéric II l'appela, en 1764, à Berlin, pour lui confier, dans l'université de cette ville, la chaire de logique et de rhétorique. 

Toussaint n'y brilla guère, et ses indiscrétion l'empêchèrent de monter dans la faveur du prince, qui d'abord était prévenu fort avantageusement en sa faveur. Il mourut en 1772, à l'âge de cinquante-sept ans. 

Des compilations et des traductions qui sortirent de la plume de Toussaint, nulle n'intéresse le philosophe. Seuls, le livre des Moeurs (in-12, Paris, 1748), et les
Éclaircissement sur le livre des Mœurs (in-8, 1762), peuvent arrêter un instant l'attention, non à cause de leur propre valeur, mais parce que la persécution donne toujours quelque attrait aux médiocrités prohibées. Grimm n'a pas eu tort de dire (Corresp., 1753) :

« L'ouvrage des Mœurs semble devoir sa grande célébrité au bonheur d'avoir été lacéré et brûlé. C'est un recueil de lieux communs qu'on trouve partout. »
Il faut ajouter pourtant que le style en est très facile et parfois piquant. Il se compose d'une série de portraits qui portent, comme ceux de La Bruyère, des noms de fantaisie; mais à ces peintures se mêle tout un traité de morale.

Après avoir défini la vertu « la fidélité constante à remplir les obligations que la raison nous dicte »; et la raison. « une portion de la sagesse divine dont le Créateur a orné nos âmes », l'auteur, se contredisant lui-même, prétend que toutes nos obligations sont des formes de l'amour. Il compte trois espèces d'amour : celui de Dieu, celui de nous-mêmes, celui de nos semblables. Le premier engendre la piété, l'autre la sagesse, le troisième les vertus sociales. La justice, pour lui, est au nombre des devoirs que nous avons à remplir envers nous-mêmes.  (Val. P.).

François-Dominique Toussaint, dit Toussaint-Louverture, à partir de 1793, est un général de Saint-Domingue, fils d'un esclave africain de Haïti, né le 20 mai 1746 (ou plutôt 1743), sur l'habitation de Bréda, près du Cap-Haïtien, mort au fort de Joux le 7 avril 1803. Garçon d'écurie et cocher, Toussaint, lors du soulèvement des esclaves, s'enrôla, en octobre ou novembre 1791, dans la bande de Biassou, avec qui il passa au service de l'Espagne.

Il dressa des compagnies de soldats noirs, s'intitula « général d'armée du roi », remporta quelques succès dans le Nord, puis revint avec ses troupes, le 6 mai 1794, au service de la France et remporta plusieurs succès sur les Espagnols et leurs partisans noirs au Dondon (juillet 1794), aux Vergettes, sur la Grande-Rivière (janvier 1795), au Mirebalais. En mars 1796, son intervention arrêtait une émeute soulevée au Cap par le commandant de cette place, Villatte, contre le gouverneur Laveaux.

Toussaint-Louverture fut nommé, en récompense, lieutenant au gouvernement de Saint-Domingue et général de division; mais il souleva, à son tour, par la suite, la Colonie, fut fait prisonnier et termina ses jours au château de Joux. (GE).



Madison Smartt Bell, trad. Pierre Girard,  Toussaint Louverture, Actes Sud, 2007. - Né dans l'esclavage, artisan de la seule révolution d'esclaves de toute l'Histoire, contemporain de la Révolution française puis de Napoléon Ier, Toussaint Louverture, personnalité complexe, fut l'une des plus fascinantes figures de l'Histoire du Nouveau Monde. Dans cette magistrale biographie, Madison Smartt Bell combine à sa passion pour un territoire et un sujet qui ont nourri une partie importante de son oeuvre romanesque (cf. sa trilogie : Le Soulèvement des âmes, Le Maître des carrefours, La Pierre du bâtisseur, tous trois parus chez Actes Sud) une profonde connaissance des circonstances historiques qui ont donné naissance à une personnalité telle que celle de Toussaint. (couv.)978
-
Alain Foix, Toussaint-Louverture, Gallimard, 2007. -7« En me renversant, on n'a abattu que le tronc de l'arbre de la liberté des Noirs; il repoussera par les racines parce qu'elles sont nombreuses et profondes. » Né sur l'île de Saint-Domingue, Toussaint Louverture (1743-1803), esclave affranchi, fit fortune grâce à la culture du café. Prenant la tête de l'insurrection contre la tutelle française lorsque éclate la Révolution de 1789, il est nommé général en chef puis prend le titre de « gouverneur général à vie » après avoir décrété la liberté de la colonie. Arrêté sur ordre de Bonaparte, il est déporté au fort de Joux, dans le massif du Jura, où il meurt le 7 avril 1803. Moins d'un an plus tard, l'indépendance de Saint-Domingue est proclamée. Prenant le nom créole d'Haïti - ce qui signifie pays montagneux -, l'île devient alors la première république noire de l'histoire du monde. (couv.).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2012. - Reproduction interdite.