.
-

Saintine

Joseph Xavier Boniface, connu sous le nom de Saintine, est un romancier et auteur dramatique français, né à Paris le 10 juillet 1798, mort dans la même ville le 21 janvier 1865. II était frère de M. Boniface, chef d'institution connu par quelques ouvrages d'instruction élémentaire et qui était de treize ans son aîné. Après de sérieuses études, il débuta dans la littérature, en 1817, par un poème, le Bonheur de l'étude, qui fut couronné par l'Académie française, ainsi que, deux ans plus tard, son discours en vers sur l'Enseignement mutuel (1820); et la Renaissance des lettres et des arts sous Françrois Ier (1822).

Ce n'est cependant ni sur ses poèmes couronnés, ni sur les nombreuses pièces de théâtre qu'il donna, soit seul, soit en collaboration, que repose sa réputation, mais sur un roman très simple, très touchant, Picciola (Paris, 1836, in-8), qui eut de nombreuses éditions, et qu'on a comparé aux Prisons de Silvio Pellico. Cette touchante histoire des amours d'un prisonnier pour une fleur obtint en 1834 le prix Montyon de 3000 francs et Saintine reçut, en outre, la croix de la Légion d'honneur. La grâce résignée, la douceur touchante qui tirent le succès de cet ouvrage formaient le fond du caractère de Saintine, dont le coeur était aussi noble que l'intelligence était élevée.

Croirait-on que cette plume qui savait arracher de si douces larmes eût un talent égal pour provoquer le rire? Sous le pseudonyme de Xavier, Saintine se lança dans la carrière theâtrale, et bientôt ce nom, accolé à ceux des plus célèbres vaudevillistes, devint célèbre dans les fastes dramatiques : Scribe, Ancelot, Bayard, Carmouche, Varin, Duvert, Lausanne, Mélesville, de Courcy, Désaugiers. Avec Scribe, le maître du genre, il écrit l'Ours et le Pacha (1827), une bouffonnerie; avec Duvert et Lausanne, il compose les Cabinets particuliers  (1832), un des plus grands succès du comédien Arnal.

Citons encore :  le Bouffon des Princes (1831),  les Deux Pigeons (1838), Riche d'amour (1845), Beauminet (1855), l'Homme du monde,  Un monsieur et une dame,  le Duc d'Olonne, Babiole et Joblot, Riche d'amour, Henriette et Charlot, les Erreurs du bel âge, comédies-vaudevilles. La nomenclature des oeuvres dramatiques de Saintine serait trop longue; car il a composé deux cents vaudevilles, comédies ou drames. Plus sage que certains écrivains qui s'obstinent à imposer au public les faibles productions de leur talent à son déclin, Saintine eut l'esprit de se retirer avant l'heure de la décadence. 

Riche, entouré d'amis, il s'en alla à la campagne, heureux de goûter en paix les fruits de son travail et de son talent. Le 21 janvier 1865, il s'éteignit doucement dans les bras de ses amis, laissant la réputation d'un homme bon et cordial, d'un écrivain conscienceux. Ce mot caractérise parfaitement la manière de Saintine. Loin de céder à l'entraînement du jour et de se lancer dans la littérature à grande vapeur, comme la plupart des écrivains de sont temps, Saintine se donnait la peine, pour ses romans ou ses pièces, de faire des recherches, afin de ne jamais violer la couleur historique. Ceux qui ont lu son livre Une maîtresse sous Lous XIII ont pu constater, au milieu de la fable, une étude sérieuse de l'époque de Richelieu et des moeurs de ce temps. 

Nous avons insisté sur le talent de cet écrivain pour deux raisons : son pseudonyme dramatique ne faisait pas soupçonner au gros du public l'auteur de Picciola; d'autre part, sa modestie exagérée l'a empêché d'obtenir auprès de la foule le rang élevé qu'il mérite parmi les écrivains du XIXe siècle. 

Citons encore quelques-unes de ses principales autres oeuvres littéraires : Jonathan le Visionnaire (1825, 2 vol. in-12); le Mutilé (1834, in-8°), dans le goût très romantique; les Récits dans la tourelle (1844, 2 vol. in-18); Histoire de la Belle Cadière (1844); les Métamorphoses de la femme (1846, 3 vol in-8);  les Trois reines (1853, 2 vol. in-8°); Seul! (1857, in-16); la Mythologie du Rhin (1861, in-8°); le Chemin des écoliers (1862, in-8°); la Seconde vie, rêves et rêveries (1864, in-8°), nouvelles et romans.

Saintine a aussi collaboré aux Revues de Paris, et Contemporaine, au Musée des Familles, au Journal pour tous, au Siècle, au Constitutionnel. Ses poésies avaient été réunies par lui sous le titre : Poèmes, Odes et Epîtres (Paris, 1823, in-12). (PL / E. Asse).:

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2019. - Reproduction interdite.